Modifié

Une femme, un homme ou un ticket? Les premières pistes sur la succession d'Ueli Maurer

Le départ d'Ueli Maurer pose la question de sa succession: un homme, une femme ou un ticket ? [RTS]
Le départ d'Ueli Maurer pose la question de sa succession: un homme, une femme ou un ticket ? / 19h30 / 1 min. / le 30 septembre 2022
La démission d'Ueli Maurer donne le coup d'envoi de la course à sa succession. La question sur toutes les lèvres est de savoir si l'UDC présentera pour la première fois une femme sur son ticket. Le Parlement élira le nouveau conseiller fédéral le 7 décembre prochain.

Ueli Maurer a dit qu'il ne s'immiscerait pas dans le choix de son successeur. "C'est le travail du Parlement", a-t-il dit aux médias.

Les sections cantonales de l'UDC ont jusqu'au vendredi 21 octobre pour soumettre leurs candidats à la commission de sélection. Celle-ci procédera ensuite à des auditions et soumettra sa proposition à la direction du groupe parlementaire d'ici le 11 novembre. La nomination par le groupe parlementaire devrait vraisemblablement avoir lieu le 18 novembre.

>> Regarder Jean-Marc Heuberger revenir sur le bon timing de la démission d'Ueli Maurer dans le 19h30 samedi:

Jean-Marc Heuberger revient sur la démission d'Ueli Maurer. [RTS]
Jean-Marc Heuberger revient sur la démission d'Ueli Maurer. / 19h30 / 1 min. / le 1 octobre 2022

Une femme?

Actuelle conseillère d'Etat zurichoise en charge de la santé, Natalie Rickli possède aussi une expérience au Conseil national (2007 à 2019). [Anthony Anex - Keystone]Actuelle conseillère d'Etat zurichoise en charge de la santé, Natalie Rickli possède aussi une expérience au Conseil national (2007 à 2019). [Anthony Anex - Keystone]La fille de Christoph Blocher, Magdalena Martullo-Blocher (GR), est le premier nom qui vient à l'esprit pour succéder à Ueli Maurer. Mais elle ne se portera pas candidate, a-t-elle indiqué vendredi. "L'UDC a suffisamment de candidats excellents."

L'ancienne députée et actuelle ministre de la Santé zurichoise Natalie Rickli pourrait être une option consensuelle. Son canton d'origine est un atout supplémentaire. Zurich n'a que rarement été exclu du Conseil fédéral. D'autres politiciennes, à l'image de la Saint-Galloise Esther Friedli ou de la Thrugovienne Diana Gutjahr, pourraient également se profiler. La dernière citée a toutefois indiqué samedi qu'elle n'entendait pas se présenter (lire encadré).

Bien que vice-présidente du parti, Céline Amaudruz ne devrait en revanche pas encore s'annoncer. La Genevoise devrait plutôt attendre le départ de Guy Parmelin. "Je ne pense pas que des Romands vont prétendre au siège d'Ueli Maurer", a-t-elle déclaré dans le 12h30.

La conseillère nationale Esther Friedli (SG) fait aussi partie des papables. Problème: sa compatriote cantonale Karin Keller-Sutter est déjà au Conseil fédéral. [Anthony Anex - Keystone]La conseillère nationale Esther Friedli (SG) fait aussi partie des papables. Problème: sa compatriote cantonale Karin Keller-Sutter est déjà au Conseil fédéral. [Anthony Anex - Keystone]

Si elle serait "ravie" qu'une femme UDC soit élue, Céline Amaudruz précise toutefois que "le premier critère sera de trouver la personne qui veut y aller et qui réponde aux besoins du partis et de la population".

Quoi qu'il en soit, aucune ne sera la première élue du parti au Conseil fédéral. Eveline Widmer-Schlumpf, issue de l'aile modérée de l'UDC, avait été préférée en 2007 au ministre en place, Christoph Blocher. Exclue de son parti après un long processus, la conseillère fédérale avait finalement rejoint le PBD, créé en 2008 par les dissidents grisons, bernois et glaronais de l'UDC.

Ou un ticket masculin?

Le parti conservateur pourrait toutefois ne pas vouloir envoyer une quatrième femme au Conseil fédéral et présenter un ticket exclusivement masculin. Le nom du chef du groupe parlementaire, Thomas Aeschi, pourrait alors revenir sur la table.

Le conseiller national lucernois Franz Grüter. [Anthony Anex - Keystone]Le conseiller national lucernois Franz Grüter. [Anthony Anex - Keystone]Candidat en 2015, l’économiste zougois aujourd’hui âgé de 43 ans avait été battu par Guy Parmelin. Cette fois-ci, sa position à la tête du groupe pourrait lui être plus favorable et lui donner l’envergure dont il pouvait manquer à l’époque. Le nom de l'ancien président de l'UDC et conseiller national bernois Albert Rösti est également cité (lire encadré).

Le conseiller national zurichois Gregor Rutz, ancien secrétaire général de l’UDC suisse, pourrait aussi se retrouver sur la liste, tout comme le député schaffhousois Thomas Hurter, le conseiller national lucernois Franz Grüter, ou l’ancien président du parti Toni Brunner.

Certains évoquent également le conseiller national Roger Köppel. Mais le journaliste zurichois, directeur de la Weltwoche, devrait préférer son rôle de tribun à celui de conseiller fédéral. L'ancien président du Conseil des Etats Alex Kuprecht (SZ) devrait aussi laisser passer son tour.

Le député Thomas Hurter pourrait-il devenir le premier conseiller fédéral du canton de Schaffhouse? [Alessandro della Valle - Keystone]Le député Thomas Hurter pourrait-il devenir le premier conseiller fédéral du canton de Schaffhouse? [Alessandro della Valle - Keystone]

Des ambitions vertes

Le départ d'Ueli Maurer pourrait en outre susciter des convoitises au-delà de l'UDC. Depuis leur percée au Parlement, les Verts ne cachent pas leur volonté de conquérir un siège au Conseil fédéral. En décembre 2019, ils ont envoyé leur cheffe de l'époque Regula Rytz tenter d'évincer le libéral-radical Ignazio Cassis. Seul leur allié de toujours, le PS, avait soutenu la Bernoise.

Fraîchement élu à la tête des Verts, Balthasar Glättli a réitéré cette ambition en juin 2020. "Nous devons être prêts si quelqu’un se retire du Conseil fédéral", avait-il lancé lors d'une assemblée des délégués en ligne. S'il affirme ne pas vouloir du poste, il rêve cependant "d'être le président vert qui installera le premier ou plutôt la première conseillère fédérale verte".

>> Ecouter le 19h30 revenir vendredi sur les ambitions des Verts:

Succession Maurer: les Verts remettent en question la composition du gouvernement [RTS]
Succession Maurer: les Verts remettent en question la composition du gouvernement / 19h30 / 1 min. / le 1 octobre 2022

Pas sûr toutefois qu'ils parviennent à infliger une telle perte à l'UDC. Le parti reste le premier de Suisse et capitalise là-dessus pour revendiquer deux sièges au gouvernement.

Dans le 12h30, le conseiller aux Etats jurassien Charles Juillard n'entend pas remettre en cause le deuxième siège UDC, mais il espère qu'un ticket soit proposé à l'Assemblée fédérale, comme cela a "été imposé à d'autres partis", pour "trouver la meilleure personne qui fera peut-être symbiose avec les autres conseillers fédéraux".

>> Ecouter les réactions de Céline Amaudruz (UDC/GE), Samuel Bendahan (PS/VD), Charles Juillard (Centre/JU) et Olivier Feller (PLR/VD) dans le 12h30 vendredi quant à la succession d'Ueli Maurer:

Les annonces du Conseil fédéral sur la sortie de crise ont été au coeur des débats lundi lors de l'ouverture de la session parlementaire. [Alessandro della Valle - Keystone]Alessandro della Valle - Keystone
La course à la succession d'Ueli Maurer au Conseil fédéral est lancée / Le 12h30 / 5 min. / le 30 septembre 2022

jfe avec ats

Publié Modifié

Vers une élection des plus calmes?

Le politologue Michael Hermann s'attend à ce que l'élection au Conseil fédéral de l'UDC soit la plus calme depuis l'élection du Bernois Adolf Ogi en 1987. Selon lui, les autres partis n'auront sans doute pas envie d'attaquer l'UDC un an avant les élections fédérales.

Quant à l'UDC elle-même, elle ne devrait pas avoir envie de faire passer une candidature extrémiste devant le Parlement, estime-t-il. Si donc ces deux scénarios ne se réalisent pas, on peut s'attendre à "une élection tout à fait normale au Conseil fédéral", selon lui.

Le politologue donne également son avis sur le profil d'une candidature à la succession du conseiller fédéral démissionnaire Ueli Maurer. "A l'UDC, les candidatures sont souvent une sorte d'exercice d'équilibrisme, car le parti veut quelqu'un qui puisse servir sa propre base, mais qui soit en même temps éligible par l'Assemblée fédérale", analyse-t-il.

Ueli Maurer en est d'ailleurs le meilleur exemple. "Même en tant que conseiller fédéral, il a réussi à servir la base" de l'UDC.

Diana Gutjahr renonce, Albert Rösti réfléchit

La conseillère nationale Diana Gutjahr (UDC/TG) ne sera pas candidate à la succession d'Ueli Maurer au Conseil fédéral. La fonction ne correspond pas à sa vie actuelle de jeune maman, a-t-elle déclaré samedi.

"De nouvelles possibilités doivent toujours être compatibles avec la période de la vie", ce qui ne serait pas le cas pour un poste de ministre, a précisé l'entrepreneure de 38 ans. Diana Gutjahr avait accédé à la Chambre du peuple en 2017 en remplacement de l'ancien président de l'Union suisse des paysans (USP) Hansjörg Walter.

"Il faudra encore du temps" pour Albert Rösti

Le conseiller national UDC bernois Albert Rösti réfléchit de son côté à une candidature, mais il veut encore discuter avec sa famille et son parti, a-t-il déclaré dans l'émission du samedi de la radio suisse alémanique SRF. Il faudra encore du temps avant qu'une décision ne soit prise, a-t-il ajouté.

Agé de 55 ans, le Bernois de Kandersteg siège au Conseil national depuis décembre 2011. Aux dernières élections, il y a été le mieux élu de Suisse.