Modifié

L'affaire du requérant refoulé et décédé en Guinée rebondit à Berne

43 transferts et 53 rapatriements ont été effectués par avion sous contrainte en une année. [Steffen Schmidt - Keystone]
L'affaire du requérant décédé après son renvoi en Guinée rebondit à Berne / La Matinale / 1 min. / le 24 février 2021
Le cas du requérant d'asile décédé moins d'un an après son renvoi en Guinée connaît un nouveau développement sur le plan politique. Selon Le Matin, un collectif vient d'envoyer l'avis mortuaire du jeune homme à tous les parlementaires fédéraux.

Cette action intervient à quelques jours du début de la session de printemps. Une interpellation sera par ailleurs déposée pour questionner les pratiques du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Un homme parfaitement intégré

Abdoul Mariga avait passé dix ans en Suisse et travaillait comme cuisinier au CHUV à Lausanne. Selon le collectif "Droit de rester", qui soutient les requérants d'asile, il était parfaitement intégré. Le canton de Vaud souhaitait d'ailleurs le régulariser.

Mais le SEM en a décidé autrement et le jeune migrant a été renvoyé de force en Guinée à fin 2019. Sans famille sur place, il s'est retrouvé rapidement sans argent. Atteint d'une hépatite B, il n'a pas pu se soigner et est décédé quelques mois seulement après son renvoi à l'âge de 30 ans.

Questions au Conseil fédéral

Sur quels critères le SEM se base-t-il donc pour refuser la régularisation de certains requérants d'asile, même quand les cantons y sont favorables? Et comment garantir l'équité des demandes qui lui sont adressées?

Ce sont quelques-unes des questions que la conseillère nationale Léonore Porchet va poser au Conseil fédéral dans son interpellation. L'écologiste vaudoise espère obtenir le soutien de plusieurs autres parlementaires issus de la gauche et du centre.

Marielle Savoy/oang

Publié Modifié