Modifié

Depuis la fermeture des restaurants, les emballages jetables prolifèrent

L'explosion de la vente à l'emporter cause une augmentation de la quantité de déchets. [Nicolas Guyonnet - AFP/Hans Lucas]
La fermeture des restaurants a pour conséquence la hausse du nombre d'emballages jetables pour consommer à l'emporter / La Matinale / 1 min. / le 8 février 2021
La fermeture des restaurants a pour conséquence l'augmentation de la vente à l'emporter et des emballages qui vont avec. Plusieurs initiatives ont été lancées pour lutter contre ce problème, avant même le début de la crise sanitaire.

Tous les jours aux environs de midi, des files d'attente se forment devant les restaurants fermés. Le boom des plats à l'emporter se mesure à la quantité d'emballages ingérés par les poubelles publiques: entre les barquettes en carton ou en plastique, les serviettes en papier, les canettes ou encore les bouteilles en PET, elles sont parfois au bord de l'indigestion.

"Nous constatons sur le domaine public une augmentation de ces emballages. Nous avons, du coup, dû mettre en place une augmentation des vidanges des corbeilles de rue. On le faisait une fois par jour, on a dû passer à deux ou trois", a témoigné la conseillère municipale lausannoise en charge des Finances et de la mobilité Florence Germond lundi dans La Matinale.

Lausanne a trouvé la parade

Des initiatives ont été lancées pour atténuer la quantité de déchets issus de la consommation de plats à l'emporter. C'est par exemple le cas de RestoBox, premier réseau de Suisse en la matière. Ses récipients réutilisables couleur aubergine sont utilisés par 146 restaurants, soit environ la moitié des établissement de Lausanne.

"On économise environ 3,5 millions de barquettes jetables, 68'000 sacs poubelle... On voit qu'on a un bel impact avec une action de ce type, qui paraît anodine au début, mais qui ne l'est pas du tout", estime la conseillère municipale Verte en charge du Logement et de l'environnement Natacha Litzistorf.

Un challenge pour les restaurateurs

Ce genre d'initiative n'a en revanche pas très bien fonctionné à Neuchâtel, où l'association ReCircle propose une vaisselle réutilisable depuis deux ans: "Il ne faut jamais sous-estimer ces changements de système. Cela représente un effort et si on doit survivre, je comprends que cela puisse être un challenge", constate sa directrice Jeannette Morath, qui dit comprendre la situation des restaurants en grande difficulté financière.

Mais la vaisselle jetable est aussi un challenge pour l'environnent, car 14'000 tonnes de plastique se retrouvent chaque année dans les eaux et les sols de Suisse. Et le littering constitue la deuxième plus grande source de cette pollution, avec environ 2700 tonnes de détritus qui atterrissent à côté des poubelles.

>> Lire à ce sujet: 14'000 tonnes de plastique rejetées dans la nature en Suisse chaque année

Sujet radio: Foued Boukari
Adaptation web: Vincent Cherpillod

Publié Modifié