Modifié

Imposer le casque en vélo électrique, bon sens ou fausse bonne idée?

Vélo électrique: le casque de la discorde [RTS]
Le casque obligatoire à vélo électrique, une mesure qui divise la gauche / L'actu en vidéo / 3 min. / le 9 décembre 2020
Alors que le vélo électrique est en plein boom, le Conseil fédéral veut améliorer la sécurité des usagers. Parmi les dispositions prévues, une est très contestée, surtout à gauche: l’obligation du port du casque pour tous les e-bikes. Chiffres à l'appui, on fait le point sur la question.

Cet été, le Conseil fédéral proposait une révision du droit de la circulation routière. L'objectif principal de ce projet, dont la consultation arrive à échéance samedi (lire encadré), est d'améliorer la sécurité des conducteurs de vélos électriques. Trois mesures sont proposées: l'obligation d'équiper les e-bikes rapides d'un compteur de vitesse, l'obligation d'allumer les feux même de jour et l'obligation de porter le casque pour tous les conducteurs de vélos électriques.

>> Lire: Casque et feux bientôt obligatoires pour tous les vélos électriques

C'est surtout cette dernière mesure qui fait débat, en particulier à gauche. Le lobby des cyclistes Pro Vélo ou les promoteurs les plus acharnés de la mobilité douce, comme les Verts ou l'Association transports et environnement (ATE), craignent qu'une telle contrainte ne décourage des gens à passer à la petite reine. Face à eux, les partisans de la sécurité mettent en avant la forte hausse du nombre d'accidents de vélos électriques.

Toujours plus d'accidents de e-bike

En dix ans, les ventes de e-bikes ont certes explosé, mais les accidents aussi. En 2011, le vélo électrique faisait deux morts, 67 blessés graves et 127 blessés légers. L'an dernier, la Suisse déplorait 11 décès, 355 blessés graves et 891 blessés légers parmi les conducteurs de deux-roues à assistance électrique. Sur la même période, le nombre total de victimes de la circulation routière en Suisse a reculé de 23'562 à 21'467 personnes.

Par rapport à l'ensemble des personnes accidentées sur la route en Suisse, les conducteurs de vélos électriques représentent une part non négligeable. L'an dernier, un mort sur vingt était au guidon d'un e-bike (11 sur 187). Le taux est à peu près le même pour les blessés légers (891 sur 17'641), mais il atteint presque 10% pour les blessés graves (355 sur 3639).

Entre 65% et 92% de taux de port du casque

Depuis le 1er juillet 2012, le port du casque est obligatoire en Suisse pour les vélos électriques dits rapides, c'est-à-dire ceux qui disposent d'une assistance jusqu'à 45 km/h. Conformément à la législation, la quasi-totalité des conducteurs de ce type de vélo se protègent la tête, selon un sondage mené l'an dernier par le Bureau de prévention des accidents (bpa).

En revanche, le taux de port du casque est bien plus faible chez les conducteurs de vélos électriques lents, avec assistance jusqu'à 25 km/h. Selon le bpa, un peu plus d'un tiers d'entre eux roulaient sans protection en 2019, un chiffre qui n'a quasiment pas bougé par rapport au sondage réalisé un an plus tôt. Seule une recommandation de port du casque s'applique actuellement à ce type de vélo.

Plus de vélos lents que de vélos rapides

Les vélos électriques lents forment pourtant la majorité des e-bikes en circulation en Suisse. En toute logique, ce sont aussi ceux qui sont le plus souvent impliqués dans des accidents de la route. L'an dernier, 90% des personnes décédées en vélo électrique, 79% des blessés graves et 69% des blessés légers roulaient avec un engin limité à 25 km/h.

Si l'on considère les seuls accidents qui impliquent un vélo électrique lent, la moitié des personnes décédées l'an passé ne portaient pas de casque. Cette proportion est légèrement plus faible (45%) pour les blessés graves et les blessés légers. Ces chiffres montrent une surreprésentation des non-porteurs de casque - 35% des conducteurs - parmi les blessés ou les tués.

Des cyclistes découragés par le casque?

L'écologiste genevoise Delphine Klopfenstein est opposée au port du casque obligatoire. Pour la vice-présidente de Pro Vélo, la sécurité croît avec le nombre de cyclistes: "Plus nous serons nombreuses et nombreux sur les routes à vélo, plus nous acquerrons une sécurité. C'est le principe de la sécurité par le nombre." Or, affirme la conseillère nationale, l'obligation du port du casque risque de décourager certaines personnes à passer au e-bike.

Samuel Bendahan est membre du comité central de l'ATE, qui milite contre le casque obligatoire. Le socialiste vaudois balaie pourtant l'argument de sa collègue genevoise. "Quand on a envie de faire du vélo, on voit que c'est pratique. Il y a plein d'endroits où on va plus vite, c'est plus efficace, c'est plus écologique. Il y a tellement de choses qui pèsent dans la décision d'acheter un vélo que le port du casque n'est pas forcément un défaut."

Un casque qui sauve des vies

Adepte du vélo électrique depuis de longues années, Samuel Bendahan estime au contraire que le casque, en augmentant le sentiment de sécurité, poussera davantage de personnes à adopter le vélo comme moyen de transport. Le vice-président du PS Suisse juge par ailleurs que toute mesure qui améliore la sécurité est bonne à prendre. "Ca ne va pas empêcher tous les accidents, mais ça va vraiment sauver des vies et ça peut empêcher des cas graves de lésions ou de séquelles."

"Evidemment, le fait de porter un casque amène une sécurité", reconnaît Delphine Klopfenstein. Elle souhaite toutefois en rester à une recommandation - la situation actuelle - plutôt que de passer à un régime d'obligation qui serait, selon elle, "la porte ouverte au casque obligatoire à tous les cyclistes". "Et ça nous ne le voulons pas, au risque de diminuer le nombre de cyclistes, souligne la vice-président de Pro Vélo.

Le développement du réseau cyclable comme priorité

Et la Verte genevoise de plaider en faveur d'une limitation du trafic motorisé, en particulier dans les centres urbains, "pour pacifier ces espaces et pour que les cyclistes et les piétons puissent déambuler en toute sécurité." Delphine Klopfenstein et Samuel Bendahan se rejoignent en outre sur la nécessité de développer des infrastructures sécurisées. "C'est encore plus important que le casque. Et de loin", conclut le socialiste vaudois.

>> Le grand débat de Forum "Casques pour vélo, contrainte de trop?" (20 août 2020):

Le grand débat – Casques pour vélo, contrainte de trop? [RTS]
Le grand débat – Casques pour vélo, contrainte de trop? / Forum / 17 min. / le 19 août 2020

Didier Kottelat

Publié Modifié

Nombreuses oppositions au casque obligatoire

Le Conseil fédéral aura du mal à rendre obligatoire le port du casque pour les conducteurs de vélo électrique. Au sortir de la phase de consultation, il s'avère que les partis de gauche et de droite s'y opposent, seuls le Touring Club Suisse (TCS) et le Bureau de prévention des accidents (BPA) approuvent cette mesure.

Les partis de gauche et les associations en faveur de la mobilité douce craignent que le port du masque obligatoire freine l'attrait du vélo. Le PLR estime lui que cette question relève de la responsabilité individuelle de chacun.

Les positions de l'UDC et du PDC n'étaient pas disponibles, ces deux partis ont demandé et obtenu une prolongation de la consultation jusqu'au 19 décembre.