Modifié

Sommaruga place la transition énergétique au coeur de sa présidence

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga lors d'un débat sur le CO2. [Peter Klaunzer - Keystone]
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga lors d'un débat sur le CO2. [Peter Klaunzer - Keystone]
La transition énergétique sera au coeur de l'année présidentielle de la ministre de l'Environnement Simonetta Sommaruga. La socialiste bernoise plaide aussi pour une électricité plus propre et surtout en provenance de la Suisse.

"Compte tenu de la situation climatique mondiale et des dernières élections, il est clair que la politique énergétique et climatique a la priorité", affirme la conseillère fédérale, qui sera présidente de la Confédération en 2020, dans une interview avec le SonntagsBlick. "Nous avons besoin de produire plus d'électricité propre en Suisse", souligne-t-elle.

La cheffe du Département de l'environnement, des transports et de l'énergie rappelle que les plus grands fournisseurs de pétrole aujourd'hui sont le Nigeria, la Libye et le Kazakhstan. "Nous dépensons chaque année des milliards de francs pour acheter du pétrole et du gaz chers à l'étranger".

>> Ecouter à ce sujet la revue de presse du 12h30:

Les Tiger F5 intéressent l'US Navy. [Sigi Tischler - Keystone ]Sigi Tischler - Keystone
La revue de presse alémanique / Le 12h30 / 2 min. / le 15 décembre 2019

Potentiel dans l'agriculture

Simonetta Sommaruga voit deux avantages dans une production indigène d'électricité propre: une moindre dépendance vis-à-vis de l'étranger ainsi que des commandes et des emplois en Suisse. Grâce à l'énergie solaire, la Suisse pourrait produire plus de deux fois ce que produisent les quatre centrales nucléaires réunies, explique-t-elle.

La Bernoise voit un potentiel particulier dans l'agriculture. "Les agriculteurs deviennent de plus en plus des producteurs d'électricité", relève-t-elle. Avec les grands toits des fermes et des granges, ils ont la surface potentielle pour produire de grandes quantités d'électricité, selon elle.

Avec les voitures électriques, les constructeurs rattrapent leur retard en matière de mobilité électrique, note-t-elle encore. Le tournant énergétique ne devrait pas entraîner de changements importants au quotidien. "Si nous gaspillons moins d'énergie, notre vie quotidienne ne changera guère".

ats/boi

Publié Modifié