Modifié le 16 avril 2019 à 15:36

Des médecins-psychiatres agitent le spectre d'une explosion des coûts

Les médecins-psychiatres défendent le système de délégation.
Les médecins-psychiatres agitent le spectre d'une explosion des coûts Le 12h30 / 2 min. / le 16 avril 2019
La pétition déposée en mars dernier par les psychologues pour plus d'indépendance fait réagir les médecins-psychiatres. Certains prédisent une explosion des coûts si les psychothérapies ne devaient plus dépendre d'un psychiatre pour être remboursées.

Le front entre les psychologues et les médecins-psychiatres superviseurs se durcit. Le modèle de la délégation pratiqué en Suisse est au coeur de la polémique: le 11 mars dernier, une pétition des psychologues, soutenue notamment par des patients et leurs proches et forte de plus de 94’400 signatures, demandait que les médecins généralistes et les pédiatres puissent eux aussi établir des prescriptions pour des psychothérapies.

>> Lire notre article consacré au dépôt de ce texte:  Les psychologues déposent leur pétition pour plus d'indépendance

"Grand danger"

Certains médecins-psychiatres sont toutefois montés au front pour dénoncer l'abandon de ce système de délégation. C’est le cas en particulier en Suisse alémanique, où Erich Seifritz, de la clinique psychiatrique de l’université de Zurich, a mis le feu aux poudres dans une lettre de lecteur adressée à la NZZ.

Dans cette lettre, comme le rapporte le Tages-Anzeiger mardi, il n’hésite pas à parler de "grand danger pour l’accès aux soins psychiatriques et psychothérapeutiques en Suisse". Selon lui, la fin du système actuel entraînerait une explosion des coûts de la santé.

Organisation bouleversée

Les défenseurs d’une réforme rétorquent, eux, que les médecins-psychiatres défendent leur pré carré et craignent pour leurs revenus. Dans le système actuel de délégation, en effet, la prescription d'une psychothérapie et sa facturation doivent passer par l'intermédiaire d'un médecin psychiatre; c'est le seul moyen pour le psychologue d’être remboursé par l’assurance-maladie du patient. La fin du système de délégation bouleverserait donc clairement l’organisation des médecins-psychiatres.

Des témoignages sur des cas d’abus choquants avaient d'ailleurs été dénoncés par des psychologues sur les ondes de la RTS en mai dernier.

>> Ecouter les témoigagnes de trois psychologues dans La Matinale du 11 mai 2018:

Quelles sont les professions soumises au secret professionnel?
michaeljung - Fotolia
La Matinale - Publié le 11 mai 2018

La Société suisse de psychiatrie et de psychothérapie, de son côté, n’a pas encore pris position. Le sujet est pourtant de plus en plus bouillant: indépendamment de la pétition évoquée, pas moins de neuf interventions parlementaires sur cette thématique ont déjà été déposées.

Sujet radio: Nicole della Pietra

Adaptation web: Vincent Cherpillod

Publié le 16 avril 2019 à 13:19 - Modifié le 16 avril 2019 à 15:36