Modifié le 01 avril 2019 à 16:21

En plein direct, l'animateur vedette de la SRF demande son ami en mariage

Sven Epiney, genou à terre, demande en mariage son petit ami, Michael Graber.
L'animateur vedette de la SRF Sven Epiney a demandé en direct la main de son petit ami Le 12h30 / 2 min. / le 01 avril 2019
Sven Epiney a mis un genou à terre, samedi soir, en pleine émission de divertissement sur la première chaîne télévisée alémanique. Essuyant une larme, il a demandé la main de son petit ami, Michael Graber. Ce dernier a dit oui.

En Suisse alémanique, c'est une scène qui fait couler beaucoup d'encre lundi dans les journaux et sur les réseaux sociaux. L'animateur vedette de la télévision alémanique SRF, Sven Epiney, a fait sa demande de mariage samedi soir, dans l'émission de danse "Darf ich bitten?" – un titre prédestiné que l'on peut traduire par "Puis-je demander?"

Voilà huit ans que ces deux-là sont ensemble et que toute la Suisse alémanique le sait. Mais samedi soir, en plein direct, Sven Epiney, 47 ans, s'agenouille, essuie une larme et demande la main de Michael Graber, 26 ans: "J'aimerais pouvoir être ton mari, et que tu sois le mien", a-t-il dit, très ému. Les deux hommes venaient de danser ensemble sur le plateau.

Un acte militant

Une scène plutôt inhabituelle et sans doute inédite sous cette forme en Suisse. Un acte militant, aussi, de la part de l'animateur, alors que le mariage gay n'existe pas – ou pas encore – dans notre pays.

Outre-Sarine, cette séquence ne semble poser aucun problème, alors qu'on peine à se l'imaginer sur les écrans de Suisse romande. C'est une véritable différence culturelle qu'analyse Thierry Delessert, historien à l'Université de Lausanne et spécialiste de l'homosexualité: "Dans la sphère germanophone, très rapidement, le coming out – l'idée d'affirmer publiquement son homosexualité – a été adopté par les militants. Dans la sphère francophone, en revanche, il y a une grande retenue par rapport à l'utilité de cette forme de militantisme. En Suisse alémanique, il y a ce phénomène où certains politiciens, certains présentateurs, s'affirment plus facilement homosexuels; en Romandie, une plus grande retenue prévaut. Même des politiciens affichés comme homosexuels vont dire 'Oui, mais ce n'est pas parce que je suis homosexuel que je suis élu, mais c'est par rapport à un programme'."

Deux hommes qui s'embrassent, une image encore rare sur les écrans télévisés suisses. Deux hommes qui s'embrassent, une image encore rare sur les écrans télévisés suisses. [Capture d'écran SRF1 - RTS] Pour le chercheur, la réserve romande est compréhensible: "Il faut bien voir que le bassin de population romand est plus petit que l'alémanique. Donc cela expose à plus de risques."

Le courage de l'animateur salué

Sur les réseaux sociaux, la majorité des commentaires sont positifs et saluent le courage de l'animateur; peu de réactions sont homophobes. Tout au plus quelques remarques pour dénoncer un vedettariat un peu déplacé et une mise en scène qui n'aurait rien à faire dans une émission grand public.

Certains estiment également que le jeu était faussé: demander la main d'un jeune homme devant des milliers de téléspectateurs, c'est aussi un peu lui forcer la main. Et effectivement, il a dit oui.

Sujet radio: Alain Arnaud

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié le 01 avril 2019 à 15:22 - Modifié le 01 avril 2019 à 16:21