Publié le 28 décembre 2018 à 19:28

Christian Levrat: "Le Parti socialiste suisse est une exception en Europe"

Le président du Parti socialiste suisse Christian Levrat.
Interview des présidents de parti: Christian Levrat, président du PS suisse Forum / 12 min. / le 28 décembre 2018
Le président du Parti socialiste suisse Christian Levrat se réjouit des résultats de sa famille politique sur le plan cantonal et ambitionne de renverser la majorité de droite du Conseil national lors des prochaines élections fédérales.

"Le PS se porte bien, ce qui est d'ailleurs une exception en Europe. Nous avons gagné la plupart des élections cantonales et nous sommes le parti en Suisse alémanique qui progresse le plus fortement. Nous avons aussi gagné des élections communales qui sont très importantes à Zurich et à Berne", assure vendredi Christian Levrat dans l'émission Forum de la RTS.

Le conseiller aux Etats estime par ailleurs que son parti a réussi à "limiter la casse" sur le plan fédéral. "Nous ne sommes numériquement pas en mesure au Parlement de faire progresser les points qui seraient importants pour nous. L'échec du climat est symptomatique", relève le Fribourgeois.

Le climat et la santé

La question climatique est l'un des thèmes de campagne principaux du PS pour les prochaines élections fédérales d'octobre. "Nous devons établir des règles pour garantir qu'il n'y ait plus d'investissements dans le pétrole, le gaz et le charbon d'ici 2025", déclare Christian Levrat. L'autre cheval de bataille des socialistes concerne les coûts de la santé: "Personne ne payera davantage que 10% de son revenu en primes d'assurance maladie."

L'élu fribourgeois a un objectif clair pour ces élections. "L'essentiel pour moi, c'est que la majorité change de camp et que les 101 voix dont bénéficient les radicaux et l'UDC disparaissent pour que nous ayons une majorité progressiste au Conseil national. Il faut ensuite la maintenir au Conseil des Etats et puis, dans la foulée, obtenir une composition plus équilibrée du Conseil fédéral", se projette-t-il.

Propos recueillis par Marie Giovanola/gma

Publié le 28 décembre 2018 à 19:28