Modifié le 23 novembre 2018 à 22:25

L'UDC durcit son discours à quelques jours du vote sur l'autodétermination

Initiative pour l'autodétermination: dernière ligne droite pour convaincre les indécis.
Initiative pour l'autodétermination: dernière ligne droite pour convaincre les indécis. 19h30 / 1 min. / le 23 novembre 2018
A quelques jours du vote sur l'autodétermination, l'UDC a durci son message, jusque-là plus sobre que d'habitude. Objectif: inverser la tendance, alors que les sondages donnent l'initiative perdante.

Une affiche jaune et un grand oui: c'est avec ce message positif que l'UDC a abordé la campagne sur l'initiative sur l'autodétermination, dont le sort sera décidé dans les urnes ce dimanche. Rien à voir avec le style tranché si caractéristique du parti.

Le texte vise à faire primer la Constitution suisse sur le droit international. "Pour nous, c'est un défi nouveau parce qu'ordinairement on en appelle au coeur et aux tripes. Là, on est obligé d'en appeler à la réflexion", avait précisé le conseiller national UDC genevois Yves Nidegger.

Retour aux fondamentaux

Cette stratégie n'a apparemment pas porté ses fruits. Dans le dernier sondage SSR publié il y a dix jours, le non était donné gagnant à 61%. De quoi, peut-être, expliquer le changement de ton adopté par les partisans du texte ces derniers jours.

>> Lire: L'initiative UDC sur les juges étrangers serait nettement rejetée, selon un sondage SSR

Minarets, caricatures, barbelés et gens de couleur: l'UDC a opéré un retour aux fondamentaux cette semaine en s'offrant deux jours de suite, mardi et mercredi, une campagne de publicité en Une du journal gratuit alémanique 20 Minuten.

Céline Amaudruz, vice-présidente du parti, juge cette stratégie "logique". "Plus on s'approche de l'échéance du 25 novembre, plus on a besoin de convaincre les abstentionnistes", relève la conseillère nationale genevoise.

Quel taux de participation?

Pour Martina Mousson, analyste politique à l'institut gfs.bern, ce revirement pourrait aussi être compris comme "un acte de désespoir". "L'UDC a décidé de s'adresser à son propre électorat" plutôt qu'aux électeurs centristes.

Reste que l'initiative sur l'autodétermination ne semble pas susciter un énorme intérêt au sein de la population. Selon un coup de sonde mené ce vendredi auprès de plusieurs cantons et communes, la participation s'annonce sensiblement plus faible que lors de l'initiative sur l'immigration de masse, adoptée par le peuple le 9 février 2014.

>> Lire aussi: Les annonces de l'UDC dominent la campagne sur les juges étrangers

Sujet TV: Thierry Clémence

Adaptation web: Didier Kottelat

Publié le 23 novembre 2018 à 20:41 - Modifié le 23 novembre 2018 à 22:25