Modifié le 02 décembre 2013 à 14:10

Une enquête du Guardian dénonce les conditions de travail chez Amazon

Amazon compte huit centres de distribution en Grande-Bretagne et des dizaines dans le monde.
Amazon compte huit centres de distribution en Grande-Bretagne et des dizaines dans le monde. [Andrew Yates - ]
Alors qu'Amazon fait face à un mouvement social en Allemagne, le Guardian a publié dimanche une enquête décrivant le quotidien difficile des employés du géant du commerce en ligne.

En moins de 20 ans d'existence, Amazon est devenu un géant du commerce. Dernier épisode en date dans sa course folie des grandeurs, le groupe a annoncé dimanche vouloir, dans un futur proche, livrer certains colis avec des drones. (lire: Amazon va utiliser des mini-drones pour acheminer ses petits colis)

Mais toute médaille a son revers. Ainsi, à l'approche des fêtes de Noël, une enquête du Guardian publiée dimanche dénonce les conditions de travail chez Amazon.

Journalistes infiltrés

La journaliste Carole Cadwalladr, qui a travaillé durant une semaine dans le centre de distribution de Swansea, au pays de Galles, y décrit le quotidien d'un "elfe d'Amazon" et "le coût humain de notre appétit pour les biens de consommation".

Cet fait écho à un reportage en caméra cachée de la BBC ("Amazon: The Truth Behind the Click") dans le même centre de distribution, ainsi qu'à un livre du journaliste français Jean-Baptiste Malet - En Amazonie: infiltré dans le "meilleur des monde". Un livre qui, ironiquement, est aussi en vente chez... Amazon.

dk

Publié le 02 décembre 2013 à 11:48 - Modifié le 02 décembre 2013 à 14:10

Amazon, champion de l'optimisation fiscale

Amazon, comme d'autres géants du net comme Apple ou Google, est également critiqué dans de nombreux pays pour ses pratiques d'optimisation fiscale extrême.

Gace à un montage financier complexe profitant des différentes législations nationales, Amazon paie peu d'impôts, malgré des ventes et des bénéfices très importants.

Menace de grève avant Noël en Allemagne

En Allemagne, des employés d'Amazon réclament depuis plusieurs mois des augmentations de salaire. Une nouvelle grève a été menée le 25 novembre dans deux centres logistiques du groupe.

Le groupe américain a décidé d'accorder une prime de 400 à 600 euros à ses employés. Pas suffisant pour le syndicat Verdi, qui menace d'appeler à la grève juste avant Noël.

Dave Clark, un haut responsable d'Amazon, rejette catégoriquement ces exigences: "Pourquoi devrions nous subir le chantage de quelqu’un qui menace de ruiner les fêtes de Noël des enfants".