Publié

Déprimé à cause de la météo? "C'est normal", selon Louis Bodin

L’impact de la météo sur nos émotions et comportements: interview de Louis Bodin [RTS]
L’impact de la météo sur nos émotions et comportements: interview de Louis Bodin / Forum / 8 min. / le 6 août 2021
La météo de ces derniers mois, exceptionnellement pluvieuse en juillet, a peut-être pesé sur le moral. Il est en effet scientifiquement prouvé que le climat a un impact sur nos émotions et notre comportement, a expliqué le météorologue Louis Bodin, invité de Forum vendredi.

Si l'on se sent un peu déprimé en ce moment dans une partie de l'hémisphère nord en raison du temps, "c'est normal", selon Louis Bodin, météorologue sur la chaîne de télévision française TF1 et auteur de "Nous sommes tous météo-sensibles".

Shopping boosté par le soleil

"Physiologiquement, nous sommes en permanence au contact de l'air, de sa température, de son humidité et de sa pression, qui s'exerce sur notre corps", a-t-il expliqué dans l'émission Forum. "Nous vivons avec ces différents paramètres qui, lorsqu'ils diffèrent - comme un excès d'humidité ou un manque de luminosité - vont avoir une influence sur notre physiologie, mais aussi sur notre caractère, nos émotions et nos comportements."

La réaction de notre corps peut donc nous amener à avoir certains comportements de partage, de retrait, de joie, de rencontre, mais aussi de consommation, affirme le spécialiste.

"Sous nos latitudes, lorsqu'il y a plus de soleil et des températures plus élevées, nous allons consommer plus, nous acheter peut-être des vêtements ou des appareils pour être un peu en harmonie avec cette nature", développe le météorologue français.

En fonction des cultures

Il faut dire que la météo-sensibilité dépend aussi des individus et des cultures dans lesquelles ils évoluent. "La géographie, la culture, l'histoire... Tout est fondamental sur la façon dont on accepte la météo. Par exemple, nos voisins nordiques vivent depuis leur naissance dans des pays où pendant quatre mois de l'année, il fait nuit. Plus au sud, nous aurions du mal à accepter de vivre avec une lumière aussi peu importante", analyse Louis Bodin.

Chiffres à l'appui, le présentateur précise que, cette année, de nombreuses régions françaises et suisses ont souffert d'un large déficit d'ensoleillement (-20%) et souvent de pluies supérieures (+50%) aux mois de juillet habituels.

Alors comment s'accommoder d'une telle situation? "Par rapport à la météorologie, à la nature, ce qui est important est d'être actif. Il faut essayer de prendre les choses dans le bon sens. La pluie, c'est la vie, il y en a besoin. Le vent aussi, ça change la masse d'air, ça peut disperser la pollution. Il faut réapprendre à vivre avec ces conditions", conseille Louis Bodin.

Propos recueillis par Mehmet Gultas
Adaptation web: Jérémie Favre

Publié