Modifié le 16 janvier 2017 à 14:46

Une chercheuse suisse donne un coup de vieux à la Lune

Dort-on moins bien les nuits de pleine Lune?
Le nouvel âge de la Lune CQFD / 11 min. / le 16 janvier 2017
La Lune aurait 40 à 140 millions d'années de plus que ce que les scientifiques pensaient jusque-là, affirme la planétologue suisse Mélanie Barboni dans un article publié le 11 janvier dans la revue Science Advances.

Cette Suissesse a contribué à cette découverte des Universités de Californie -à laquelle elle est associée- et de Princeton. Ces travaux montrent que la Lune se serait formée seulement 60 millions d'années après la Terre et non 150 millions d'années après, explique lundi CQFD de RTS La Première.

"Le système solaire s'est formé avec la solidification de particules. On ne sait pas exactement quand la proto-Terre s'est formée, mais probablement pas très longtemps après notre système solaire dont on sait qu'il s'est créé  il y a 4,567 milliards d'année", rappelle Mélanie Barboni dans l'émission.

Collision gigantesque

"Cette proto-Terre a évolué et, à un moment donné, elle est entrée en collision frontale avec Théia, une grosse planète qui avait la taille de Mars, qui l'aurait détruite", explique la géologue formée à l'Université de Lausanne. La Lune résulterait -selon cette théorie communément acceptée- des débris occasionnés par cette collision.

Si cette théorie est bonne, et selon la chercheuse plusieurs évidences vont en ce sens, "la Terre telle qu'on la connaît aujourd'hui, avec une atmosphère, de l'eau et de la vie, aurait seulement pu se développer après cet impact".

CQFD/jgal

Publié le 16 janvier 2017 à 14:26 - Modifié le 16 janvier 2017 à 14:46