Modifié le 30 septembre 2013 à 12:34

Des lunettes qui traduisent le japonais et qui reconnaissent les visages

Lunettes capables de traduire.
Ces lunettes devraient être prêtes pour les JO de Tokyo en 2020. Elles serviront à faciliter la vie des touristes ne parlant pas le japonais. [Yoshikazu Tsuno - ]
Vous ne lisez pas le japonais? Des lunettes le font pour vous. Voici l'innovation de l'opérateur de téléphonie mobile japonais NTT Docomo qui permet de faire des traductions simultanées.

Rien de plus difficile pour un étranger que de lire un menu de restaurant au Japon. Mais avec les lunettes traductrices - qui seront présentées mardi par NTT Docomo à l'occasion du salon de l'électronique Ceatec en banlieue de Tokyo - cela peut se faire en un clin d'oeil.

Faciliter la vie des touristes

L'une des fonctions de ces lunettes munies d'une caméra et servant d'écran mono ou binoculaire permet de voir se substituer à l'image filmée une traduction en anglais d'un menu de restaurant écrit en japonais, ou bien dans d'autres langues au choix. L'utilisateur voit cette image "retouchée" via les lunettes. Ces lunettes peuvent aussi servir à identifier ses interlocuteurs (lire ci-contre).

Ces technologies devraient être prêtes pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, lesquels seront aussi une vitrine du savoir-faire des Japonais pour faciliter par divers moyens techniques la vie des visiteurs et notamment des étrangers de passage.

ats/afp/hof

Publié le 30 septembre 2013 à 12:26 - Modifié le 30 septembre 2013 à 12:34

Identification des visages

Outre la traduction, ces lunettes offrent la possibilité d'afficher à l'écran des informations comme le nom, le prénom, la fonction, etc... relatives à une personne que l'on rencontre et qui serait enregistrée dans le répertoire de son smartphone, le tout grâce à un système de reconnaissance et d'identification de visage.

Autre application possible

NTT Docomo imagine aussi que toute surface plane rectangulaire comme un cahier ou un portefeuille puisse être assimilée à un pavé tactile sur lequel le doigt se pose et agit comme il le ferait sur l'écran d'un smartphone ou d'une tablette, à la différence près que l'image ne s'affiche que via les lunettes.

La reconnaissance des mouvements du doigt se fait grâce à une bague portée à l'index. Ses changements de position sont transmis au smartphone qui les traduit en instructions. Si bien que l'on manipule les images affichées sur l'écran des lunettes en agitant son doigt sur une surface quelconque.