Modifié le 22 mars 2019 à 14:58

"Les robots taxis en ville, c'est dans un horizon de 5 à 10 ans"

Depuis deux ans, un projet pilote de navettes autonomes est mené à Sion.
Depuis deux ans, un projet pilote de navettes autonomes est mené à Sion. [Cyril Zingaro - Keystone]
Le véhicule du futur sera autonome, mais surtout partagé entre les utilisateurs. Des experts étaient réunis jeudi à l'Université de Lausanne pour dessiner la mobilité du futur.

La voiture sans conducteur n’est plus une utopie, mais une réalité. Pour preuve, le PDG de Tesla, Elon Musk, vient d’annoncer une voiture 100% autonome pour la fin de l’année. Mais quels impacts auront ces véhicules sur notre trafic? C’est une des questions que se sont posés les participants à la première conférence vaudoise sur la mobilité numérique (comprenez comment gérer nos déplacements à l’heure d’internet).

Conférence sur la mobilité numérique à l'Université de Lausanne Conférence sur la mobilité numérique à l'Université de Lausanne [ - ] Premier constat, le grand public pourra se déplacer en véhicule autonome dans très peu de temps. "Les robots taxis c’est pour un horizon de 5 à 10 ans, ils arriveront d’abord dans des villes qui leur auront fait de la place, comme Singapour", annonce à la tribune Raphaël Gindrat, fondateur de Bestmile, une start-up de l’EPFL qui a notamment fait circuler des bus autonomes dans les rues de Sion.

La voiture se transforme en transport public

Le véhicule autonome va-t-il améliorer notre quotidien? Oui, mais seulement s'il est partagé, selon les experts présents. Umberto Fugiglando, chercheur au Massachusetts Institute of Technology, a étudié les déplacements des taxis new-yorkais . "On peut, par exemple, supprimer 40% des trajets effectués par les taxis, si on les partage", avance-t-il. L’avenir se profile donc avec moins de voitures, mais mieux utilisées.

Un point de vue que défend également Raphaël Gindrat. "Si notre voiture nous dépose au travail, puis repart à la maison, on crée juste plus de bouchons. La solution réside dans le partage mais également dans la connexion à un centre de contrôle qui gère efficacement les flux de véhicules". Et de citer en exemple une recherche faite par sa société: à Chicago, on pourrait remplacer 3000 taxis par 200 véhicules autonomes. Les algorithmes vont donc partir à la chasse aux trajets inutiles. Ou quand la fin des bouchons passe par le partage et l'optimisation des parcours...

Les transports publics profiteront également de l'optimisation des parcours. En attendant, ils tentent de simplifier leur offre et de proposer des transports à la demande. C'est le cas en Finlande, où depuis 8 mois tous les transports sont disponibles sur une seule et même application.

>> Ecoutez le sujet de La Matinale sur l'expérience finlandaise

L'application Whim propose le meilleur transport selon votre destination.
Helsinki Regional Transport Authority
La Matinale - Publié le 22 mars 2019

pw/dbb

Publié le 22 mars 2019 à 14:57 - Modifié le 22 mars 2019 à 14:58