Modifié

Lausanne a introduit le 30 km/h de nuit pour limiter le bruit

De 22h à 6h, on roule désormais à 30km-h en ville de Lausanne. [RTS]
De 22h à 6h, on roule désormais à 30km/h en ville de Lausanne. / 12h45 / 2 min. / mardi à 12:45
Lausanne est devenue lundi la première ville de Suisse à généraliser le 30 km/h la nuit. La vitesse a été baissée dans 120 rues, un changement communiqué sur de nouveaux panneaux de signalisation. L'opération, qui doit durer 7 semaines, a pour but de lutter contre les nuisances sonores.

Concrètement, la vitesse est désormais abaissée à 30 km/h entre 22h et 6h du matin sur près de 60 kilomètres de voirie urbaine. Seules une quinzaine de rues restent à 50 km/h, notamment les axes "pénétrants" de la ville (route de Romanel, de Berne...), ainsi que les bords du lac.

Les critères de sélection fixés par l’Etat de Vaud ont porté sur la densité de population où des dépassements de valeurs limites du bruit ont été constatés avec un seuil fixé à 200 habitants/km.

Une première en Suisse

La semaine dernière, en détaillant le projet, Florence Germond, municipale lausannoise en charge de la mobilité, a dit son "plaisir et sa très grande émotion" de voir se réaliser un projet qui avait débuté en 2017 par des tests aux avenues de Beaulieu et de Vinet.

Pour la municipale, il s'agit d'un "très grand pas" en faveur d'une meilleure santé de la population: 33'000 habitants verront leur qualité de vie augmenter et leur sommeil s'améliorer, a-t-elle noté.

Il s'agit d'"une première en Suisse pour une ville de cette taille", a précisé la municipale. "Si Sion a annoncé récemment le 30 km/h au centre-ville, nous souhaitons au contraire travailler dans les quartiers."

asch/boi avec ats

Publié Modifié

Réduction de moitié du bruit ressenti

Les essais effectués ont démontré que la vitesse de nuit à 30 km/h permet de réduire le bruit moyen de deux à trois décibels, avec une réduction par deux du bruit ressenti.

Avec moins 80%, l'impact est aussi considérable sur les bruits de pointe, causés par des accélérations excessives, qui réveillent la population, a rappelé la directrice de la mobilité.

Appel à Berne pour les feux bleus

La généralisation du 30 km/h la nuit a un impact sur les ambulances et la police, qui sont soumises aux mêmes règles que les autres usagers de la route. La Municipale Florence Germond assure que "le but n'est pas de leur compliquer la vie".

Depuis 2019, la ville ainsi que des parlementaires vaudois et genevois sont intervenus, pour l'heure sans résultat, auprès de la cheffe du Département fédéral des transports Simonetta Sommaruga, afin que des exceptions puissent être mises en place.

Au vu du consensus politique en la matière, Florence Germond a lancé un appel à la conseillère fédérale afin qu'elle présente au Parlement une modification de la loi sur la circulation routière (LCR). "Nous n'allons pas empêcher des dizaines de milliers de personnes dans toute la Suisse de bénéficier d'un repos nocturne parce que la LCR n'est pas bien ajustée", a-t-elle observé.

La directrice de la mobilité s'est par ailleurs réjouie des propos du procureur général vaudois Eric Cottier, qui a récemment déclaré que le Ministère public allait analyser avec compréhension les situations en lien avec les ambulanciers et la police.