Modifié le 17 août 2017 à 12:44

L'UDC valaisan Jean-Luc Addor condamné pour discrimination raciale

Jean-Luc Addor était défendu par Marc Bonnant, qui n'a pas réussi à convaincre le tribunal.
Condamnation de Jean-Luc Addor pour discrimination raciale Le 12h30 / 2 min. / le 17 août 2017
Le tribunal du district de Sion a condamné Jean-Luc Addor (UDC/VS) pour discrimination raciale à une peine pécuniaire avec sursis pour les propos qu'il a tenus sur les réseaux sociaux après une fusillade à la mosquée de Saint-Gall en 2014.

"On en redemande!", ces mots écrits le 22 août 2014 par Jean-Luc Addor sur ses comptes Twitter et Facebook étaient au coeur du procès. Le conseiller national valaisan réagissait ainsi à un article en ligne relatant une fusillade ayant fait un mort dans une mosquée de Saint-Gall.

"Ironie" plaidée

Interpellé à l'époque par la RTS, celui qui était alors député au Grand Conseil valaisan avait expliqué que son message était "un commentaire ironique".

>> Lire aussi: Propos polémiques du député valaisan UDC Jean-Luc Addor sur Twitter

Le Tribunal a estimé qu'un lecteur moyen non averti ne pouvait déceler une quelconque ironie et que le message donnait l'impression que les musulmans étaient des êtres dont la vie était de moindre valeur.

Jean-Luc Addor avait également partagé un article du site proche de l'extrême droite française Riposte laïque intitulé "L’islam est une saloperie soutenue par des salauds traîtres et collabos".

Les deux messages étaient toujours présents sur le fil Twitter du conseiller national ce jeudi.

mre avec ats

Publié le 17 août 2017 à 11:21 - Modifié le 17 août 2017 à 12:44