Modifié le 19 avril 2017 à 09:27

Les décisions prises dans l’affaire Cleusix ne peuvent pas être critiquées

L'ancien chef du Service de l'enseignement valaisan Jean-Marie Cleusix.
Les décisions prises dans l’affaire Cleusix ne peuvent pas être critiquées Le Journal du matin / 1 min. / le 19 avril 2017
Les décisions prises dans l’affaire Jean-Marie Cleusix, l’ancien chef du Service valaisan de l’enseignement, ont été les moins dommageables et ne peuvent être critiquées, conclut la commission de gestion du Grand Conseil.

Dans son rapport rendu public mardi, la commission de gestion du Parlement valaisan (COGEST) se déclare convaincue que le comportement de Jean-Marie Cleusix méritait un licenciement immédiat pour justes motifs et que les autorités judiciaires, en cas de recours de l'intéressé, l'auraient dûment confirmé.

Elle déplore que la législation en place n’ait pas permis au Conseil d'Etat de renvoyer l’ancien chef du Service de l'enseignement. La COGEST déclare en outre qu'elle peine à comprendre que le Conseil d'Etat procède à un transfert lorsqu'il est confronté à un dysfonctionnement.

"Cette solution ne peut pas être une pratique, lorsque les gens dysfonctionnent on doit pouvoir s'en séparer", estime Marianne Maret, présidente de la commission de gestion. "En l'occurrence, ça n'était pas possible parce que la législation ne permet pas de licencier quelqu'un compte tenu de l'effet suspensif."

>> Marianne Maret interrogée dans le Journal du matin:

Marianne Maret, présidente de la COGEST.
Olivier Maire - Keystone
Le Journal du matin - Publié le 19 avril 2017

Ces problèmes avaient été mis en évidence dans le rapport de septembre 2016 du groupe de travail mandaté par le Gouvernement cantonal lui-même pour plancher sur cette affaire. Ce rapport a été repris et fait partie intégrante du travail de la commission de gestion.

Au menu du Grand Conseil en mai

Pour mémoire, Jean-Marie Cleusix avait été sanctionné d’un blâme au printemps 2015 pour sa gestion du service valaisan de l'enseignement. Il avait quitté sa fonction un peu plus d’un an après pour reprendre un poste d'enseignant dans un collège du canton.

Le Conseil d'Etat valaisan a désigné un groupe de travail, qui aura pour mission d'analyser les recommandations de la commission de gestion et de formuler des propositions. Le rapport de la commission de gestion sera traité par le Grand Conseil valaisan lors de sa session de mai.

Yves Terrani/lgr

Publié le 19 avril 2017 à 08:03 - Modifié le 19 avril 2017 à 09:27