Publié

À Delémont, de nouvelles zones 30km/h fâchent pompiers et ambulanciers

La route de Porrentruy, l'une des artères principales de Delémont (JU), sera concernée par un essai de limitation à 30km-h. [Gaël Klein - RTS]
Le ville de Delémont teste le 30km/h pour réduire le bruit / La Matinale / 1 min. / le 29 janvier 2021
Suite à une décision du législatif communal, l'une des artères principales de la capitale jurassienne passera en zone 30 km/h pour une période d'essai. Mais celle-ci dessert l'Hôpital du Jura et la caserne des pompiers, qui disent leur mécontentement.

Selon une nouvelle réglementation publiée ce jeudi par les autorités de Delémont dans le Journal officiel, plusieurs limitations de vitesses vont passer de 50 à 30 km/h, pour une période d’essai de six mois.

La Ville répond ainsi à une motion acceptée l’année passée par le législatif, qui a souhaité mener cet essai avant de financer la pose d’un revêtement destiné à réduire le bruit du trafic routier. À l’origine de la démarche, le conseiller de ville socialiste Marc Ribeaud dit s’appuyer notamment sur un exemple zurichois quasi similaire.

Mais la mesure pourrait bien semer la discorde. Elle concerne en effet les routes situées à l’entrée ouest de la capitale jurassienne, soit principalement la route de Porrentruy et le faubourg des Capucins. Or, ces tronçons importants permettent d'entrer en vieille-ville, mais ils desservent surtout l’Hôpital du Jura (HJU) et la caserne des pompiers.

Ambulances et pompiers au ralenti

Ainsi, si cette nouvelle règle entre en vigueur même pour une durée de 6 mois, le conducteur d’un véhicule d’urgence en intervention risque désormais de perdre son permis s’il se fait flasher à une vitesse d’à peine plus de 50 km/h.

L’HJU étudie déjà le dossier, et n'exclut pas de faire opposition, selon sa direction. Même son de cloche chez les pompiers. Leur commandant proposera la semaine prochaine à son état-major de s’opposer à cette mesure.

Du côté de l’exécutif communal, on se dit conscient des oppositions que cet essai risque de soulever. D’autant que la mesure présente des incohérences: des rues résidentielles qui se trouvent à proximité resteront, elles, limitées à 50km/h. Mais selon le conseiller communal en charge du dossier Ernest Borruat, il n’y avait aucune marge de manœuvre.

Gaël Klein/jop

Publié