Modifié le 28 janvier 2019 à 13:23

Des couacs sur la ligne de train Delle-Belfort deux mois après son ouverture

La ligne Bienne-Belfort est confrontée à de nombreux dsyfonctionnements.
Les couacs de la ligne de train Delle-Belfort, deux mois après son ouverture Le 12h30 / 2 min. / le 28 janvier 2019
La ligne de train Delle-Belfort ne remplit pas les attentes, près de deux mois après son ouverture, avec tout juste 200 passagers par jour au lieu des 1500 attendus. En cause, notamment, de nombreux dysfonctionnements côté français.

Ces problèmes ont été révélés vendredi lors de l’assemblée d’une association présidée par le canton du Jura et le département français du Territoire de Belfort. Les élus sont fâchés.

Frédéric Rousse, vice-président du Conseil départemental du Territoire de Belfort, a dressé la liste des problèmes qui affectent en France la ligne Bienne-Belfort. Pêle-mêle: le tarif forfaitaire prohibitif, la desserte réduite par la SNCF durant le week-end et les vacances scolaires et même l'ascenseur pour le transfert en gare TGV qui n’a jamais fonctionné parce qu’il n’est pas fait pour l’extérieur.

La SNCF a également décidé la semaine passée de supprimer, en raison de travaux et pour trois mois, le premier train de la journée prévu pour emmener les frontaliers en Suisse. Ce train a été remplacé par des bus avec une demi-heure de trajet supplémentaire.

Solutions à trouver rapidement

Pour Frédéric Rousse, la région doit intervenir au plus vite. "On ne peut pas continuer comme ça, la région doit revoir sa copie, engager une vraie réflexion et trouver des solutions viables qui permettront de faire de cette ligne une vraie réussite", préconise-t-il.

Côté suisse, on constate, mais on entend réagir. La Confédération et le Jura ont investi plus de 30 millions de francs dans la réouverture de la ligne, une exception au principe de territorialité. 

Projet pour promouvoir la mobilité durable

"Il est inquiétant de voir que de petites anomalies peuvent être fortement préjudiciables aux usagers et rendre la ligne peu attractive au départ, ce qui sera par la suite difficile à récupérer", relève le ministre de l'Environnement jurassien David Eray. L'élu indique qu'un plan d'action et des délais seront exigés de la part de la SNCF.

Pourtant, en dépit des difficultés, élus et collectivités continuent à y croire. Ils ont même voté le dépôt d’un projet Interreg de 900'000 francs destiné à promouvoir la mobilité durable transfrontalière, nommé "BienBel", pour Bienne-Belfort.

Gaël Klein/kkub

Publié le 28 janvier 2019 à 13:06 - Modifié le 28 janvier 2019 à 13:23

25 ans de fermeture

Faute de voyageurs suffisants et de volonté politique pour la moderniser, la ligne Bienne-Belfort, vieille de plus d'un siècle, avait été fermée au trafic voyageurs il y a un peu plus de 25 ans.

Reconstruite et inaugurée le 6 décembre, elle offre une connexion directe par le rail entre le réseau suisse et la gare TGV de Belfort-Montbéliard, ouverte il y a sept ans à une quinzaine de kilomètres de la frontière jurassienne.