Publié vendredi à 20:39

L'EI aurait imaginé un triple attentat à Genève, Chicago et Toronto

Matthieu Suc, journaliste, révèle dans un livre que Genève aurait été la cible du groupe Etat islamique en 2015
Matthieu Suc, journaliste, révèle dans un livre que Genève aurait été la cible du groupe Etat islamique en 2015 19h30 / 2 min. / vendredi à 19:30
Une enquête journalistique sur les services secrets du groupe djihadiste Etat islamique révèle qu'un mot d'ordre d'attentat simultané à Genève, Chicago et Toronto avait été émis fin 2015 par un haut responsable de l'organisation.

Paru mercredi, l'ouvrage "Les Espions de la terreur" du journaliste d'investigation français Matthieu Suc livre de nouveaux détails sur l'alerte à la menace terroriste qui avait suscité l'émoi à Genève en décembre 2015, quelques semaines après les attentats du 13-Novembre à Paris (voir encadré).

L'enquêteur a investigué pendant plus de quatre ans sur l’Amniyat, les services secrets du groupe djihadiste Etat islamique. Outre des informations fournies sur le fonctionnement de cette cellule, Matthieu Suc révèle que les renseignements anglo-saxons avaient intercepté des communications émanant d'Abou Loqman, le chef de l’Amniyat à Raqa en Syrie, sur des réseaux cryptés.

Abou Loqman, très haut placé dans la hiérarchie de l'organisation djihadiste, aurait depuis été tué dans un raid aérien au printemps 2018. Son projet, selon les messages interceptés, était d'activer des cellules dormantes pour commettre un triple attentat à Genève, Chicago et Toronto.

Les communications contenaient également "des photos de présumés djihadistes suisses qui devaient être les membres du commando" mais qui n'ont jamais pu être identifiés, a expliqué Matthieu Suc à la RTS.

Menace prise très au sérieux

L'organisation djihadiste étant coutumière des "intox", le journaliste a souligné ne pas être en mesure d'évaluer la crédibilité et le degré de concrétisation du projet qui, a-t-il rappelé, "n'a pas eu de commencement d'exécution".

Plusieurs éléments expliquent toutefois que la menace ait alors été prise très au sérieux par les services de renseignement anglo-saxons et suisses. Le rêve de l'EI de réaliser un attentat simultané dans différentes capitales pour montrer sa puissance était déjà connu. "Frapper à la fois des capitales francophones et anglophones remplissait complètement ce cahier des charges", souligne Matthieu Suc.

Genève, un "objectif attrayant"

Le Français estime que Genève, "capitale de la finance mondiale" et lieu de libertés aurait pu être un "objectif tout à fait attrayant" pour l'EI, d'autant qu'il y a en Suisse un contingent de djihadistes "important proportionnellement à sa population", et que certains faisaient partie de l’Amniyat.

A la même période, les douaniers suisses avaient en outre intercepté un véhicule dans lequel se trouvait une connaissance des frères Abdeslam, protagonistes des attentats de Paris. On ignore si ces événements étaient liés. Leur concomitance a en tout cas "fait craindre le pire mais, fort heureusement, trois ans plus tard rien de tout cela n'est arrivé", résume Matthieu Suc.

Pauline Turuban

Sujet TV: Joël Boissard et Anne Fournier

Publié vendredi à 20:39

En décembre 2015, un menace terroriste "précise" plane sur Genève

Le 10 décembre 2015, quelques semaines seulement après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts et plus de 400 blessés, une nervosité particulière gagne Genève. A la mi-journée, le Département de la sécurité genevois fait savoir qu'il est à la recherche de quatre sympathisants de l'EI qui pourraient se trouver à Genève ou dans la région genevoise. L'alerte a été donnée par les services de renseignement anglo-saxons, qui ont transmis le signalement des suspects.

Les autorités genevoises considèrent la menace d'un attentat à Genève suffisamment sérieuse et "précise" pour prendre une série de mesures "visibles et invisibles". Le niveau de vigilance est relevé et le restera plusieurs jours; la sécurité est renforcée aux abords des lieux sensibles comme l'aéroport, les organisations internationales et les bâtiments de la communauté israélite; des patrouilles de police sont déployées et mobilisées 24 heures sur 24; des contrôles accrus sont menés aux points de passage avec la France. Les discussions sur la Syrie, qui se tiennent alors à l'ONU, sont déplacées vers un lieu tenu secret.

Sans vouloir se montrer alarmiste, le conseiller d'Etat alors en charge du DSE, Pierre Maudet, joue la carte de la transparence. Il déclare ainsi à la RTS: "Nous ne sommes pas dans le cas de figure de Bruxelles, mais la Suisse n'est pas plus à l'abri qu'un autre pays et Genève particulièrement en raison de son activité internationale."

De quoi alimenter nombre de rumeurs anxiogènes, mais les menaces ne se réaliseront finalement pas. Deux Syriens arrêtés à Genève dans le cadre de cette alerte seront finalement relâchés. Quelques jours après cet épisode inhabituel, des voix s'élèveront pour dénoncer un emballement injustifié des autorités.