Modifié

Des trains français et suisses rouleront sur la ligne du CEVA, à Genève

Le futur CEVA comportera des trains suisses et des trains français [RTS]
Le futur CEVA comportera des trains suisses et des trains français / 19h30 / 2 min. / le 11 juin 2015
Deux types de rames rouleront sur les rails du futur RER genevois. Alors que les CFF ont retenu Stadler Rail, la région Rhône-Alpes a annoncé jeudi privilégier les trains du groupe français Alstom.

Les 17 rames de type Régiolis qui seront commandées à Alstom coûteront quelque 210 millions de francs suisses. Elles rouleront aux côtés des 23 rames de type FLIRT commandées par les CFF sur la future nouvelle ligne du CEVA entre la gare genevoise de Cornavin et Annemasse, mais aussi - plus largement - sur l'ensemble du futur réseau régional franco-valdo-genevois.

La Région Rhône-Alpes, responsable du projet côté français, avait deux options sur la table: passer commande elle aussi - mais en leasing et via les CFF - de trains au constructeur suisse Stadler Rail, ou opter pour son propre matériel roulant acheté au fabricant national Alstom qui a déjà livré près de 200 autres rames Régiolis à d'autres régions françaises.

Choix lié aux conditions financières et contreparties

Interrogé jeudi soir dans l'émission Forum de la RTS, le président socialiste de la Région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne a expliqué que la décision s'est jouée moins sur le matériel, très similaire, que sur les conditions financières et sur les contreparties.

"Il y a deux éléments qui ont emporté notre décision", a-t-il souligné. "D'abord les incertitudes sur le taux de change, puisque l'offre suisse était basée sur un taux de change qui n'était pas garanti. D'autre part (…) ici côté français, c'est une contrepartie en termes d'emploi sur Annemasse qui n'était pas garantie côté suisse".

Jean-Jack Queyranne précise encore que le soutien à l'entreprise française qu'est Alstom a aussi pesé dans la balance. Il affirme en revanche qu'il n'y a pas eu de pressions particulières depuis Paris.

Exploitation plus chère et plus complexe

L'utilisation de deux types de trains différents compliquera et renchérira inévitablement  l'exploitation de ce futur réseau (on évoque un surcoût de 10% côté suisse, que Jean-Jack Queyranne juge surévalué). Il y aura aussi des incidences sur la formation des mécaniciens et la maintenance des rames.

Côté genevois, la déception est aussi de mise: >> Ecouter la réaction de Luc Barthassat, conseiller d'Etat chargé des transports:

Le conseiller d'Etat genevois Luc Barthassat. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Deux types de rames pour le CEVA: la déception de Luc Barthassat / Le Journal du matin / 2 min. / le 12 juin 2015

oang

Publié Modifié

Le choix des rames FLIRT côté CFF

Les CFF, de leur côté, ont déjà passé commande de 23 rames au fabricant thurgovien Stadler Rail pour desservir le futur réseau ferroviaire franco-valdo-genevois.

Ces compositions du type FLIRT roulent déjà, notamment, sur le réseau du RER vaudois.

Leur achat coûtera 236 millions de francs aux CFF.