Modifié

Irène Wettstein: "Le procès climatique de Fribourg ne sera pas le dernier"

Un nouveau procès climatique dans le canton de Fribourg: interview d’Irène Wettstein (vidéo) [RTS]
Un nouveau procès climatique dans le canton de Fribourg: interview d’Irène Wettstein (vidéo) / La Matinale / 8 min. / le 26 mai 2021
Le procès climatique en cours à Fribourg et visant une trentaine d'activistes ne sera pas le dernier, selon l'avocate Irène Wettstein. "Il y en aura tant qu'on continuera à vouloir condamner les lanceurs d'alerte au lieu d'affronter l'urgence", déclare-t-elle mercredi.

Me Irène Wettstein fait partie du groupe de douze avocates et avocats qui défendent les 31 militants. Ces derniers sont jugés en appel pour avoir participé au blocage d'un centre commercial de Fribourg lors du Black Friday en 2019.

>> Lire également: Pas d'experts entendus au procès des activistes du climat à Fribourg

"Ce procès est le plus grand de ce type en Suisse, mais il y en aura d'autres et d'autres plus grands encore. Qui faut-il condamner? Ne faudrait-il pas enfin entendre qu'il y a un problème climatique et que les gouvernements, malheureusement, ne prennent pas des mesures adéquates?", interroge Irène Wettstein dans La Matinale.

"Un déni systémique"

Au premier jour du procès mardi à Granges-Paccot, le juge de police de la Sarine a refusé d'écouter plusieurs experts du climat. Un refus dénoncé par la défense.

"Il y a un déni, mais ce n'est pas que le problème de ce juge. C'est systémique. L'OMS dit que le réchauffement climatique est le plus gros problème de santé publique. Or on ne fait rien, on nie le problème et on n'écoute pas les experts", regrette Irène Wettstein.

Selon elle, la présence de ces cinq experts aurait pu changer le cours du procès. "On l'a vu lors de précédents procès de ce genre en Suisse romande. Lorsque les experts sont entendus, lorsque le juge est confronté à une certaine évidence scientifique, alors les activistes sont acquittés."

Les débats se poursuivent

Les militants, membres de la Grève du climat et d’Extinction Rebellion, avaient été condamnés à des peines pécuniaires avec sursis et des amendes pour avoir pris part à une manifestation non autorisée, troublé l’ordre public et ignoré les injonctions de la police.

La désobéissance civile est devenue "indispensable" pour les militants, selon Irène Wettstein. "C'est un vecteur de communication pour alerter sur la crise climatique et la nécessité d'agir. En descendant dans la rue et en perturbant le quotidien. La politique et l'économie ne fonctionnent pas, disent les activistes", relève l'avocate, qui défend bénévolement ses jeunes clients âgés pour la plupart entre 19 et 25 ans.

Prévus sur quatre jours, jusqu'au 1er juin, les débats se poursuivront mercredi dans une grande salle de Forum Fribourg.

Propos recueillis par Valérie Hauert

Adaptation web: Guillaume Martinez

Publié Modifié