Modifié le 11 mars 2020 à 14:30

Reprise chaotique du procès sur l'attribution douteuse du Mondial 2006

L'ancien secrétaire général de la FIFA, Urs Linsi.
Le procès de FIFA à Bellinzone a finalement repris malgré le coronavirus Le 12h30 / 2 min. / le 11 mars 2020
Le procès sur l'attribution douteuse de la Coupe du monde de football 2006 à l'Allemagne a repris mercredi à Bellinzone. Seuls deux accusés sur 4 se sont présentés à l'audience, qui se tient à huis clos pour éviter toute contamination par le coronavirus.

Seuls le Suisse, Urs Linsi, ex-secrétaire général de la FIFA, et un des trois anciens dirigeants de la Fédération allemande de football, Wolfgang Niersbach, se sont présentés.

Comme tous les autres accusés, ce dernier a plus de 65 ans. "Je suis venu contre l'avis de mon médecin", a communiqué Wolfgang Niersbach. Les avocats des deux autres accusés absents se sont dits scandalisés que le procès ne soit pas reporté en raison du risque sanitaire. "Nous sommes ici au Tessin, aux portes de l'épicentre de l'épidémie de coronavirus en Europe", a dénoncé un avocat.

Médecin appelé

Conséquence, la présidente du Tribunal, Sylvia Frey, vient d'annoncer qu'un médecin tessinois va venir en fin de journée éclairer le tribunal sur la capacité ou non des deux accusés absents de se présenter ou pas à Bellinzone.

L'enjeu est de taille: si une dispense médicale est finalement reconnue, le procès devra être reporté, mais les faits seront prescrits le 27 avril prochain. Toute l'enquête du Ministère public de la Confédération pourrait s'écrouler.

C'est pourtant la seule affaire un peu aboutie sur les multiples procédures ouvertes depuis 5 ans autour des soupçons de corruption à la FIFA. Il s'agit de faire la lumière sur le versement suspect de 10 millions de francs survenu dans le cadre de la Coupe du Monde en Allemagne en 2016.

Ludovic Rocchi/lan

Publié le 11 mars 2020 à 14:25 - Modifié le 11 mars 2020 à 14:30