Publié le 09 mars 2019 à 10:23

Soleure renonce à couper des arbres pour stocker du gaz carbonique

Dans le canton de Soleure des propriétaires de forêts couperont moins d'arbres pour lutter contre le CO2.
Dans le canton de Soleure des propriétaires de forêts couperont moins d'arbres pour lutter contre le CO2. 12h45 / 2 min. / le 07 mars 2019
Des propriétaires de forêt du canton de Soleure se sont engagés à couper moins d’arbres durant les trente prochaines années afin de stocker davantage de gaz carbonique. Pour compenser les pertes financières liées à la vente de bois, des certificats CO2 sont vendus.

Feuillu ou conifère, faites votre choix! C'est un projet pilote national, écologique et économique: grâce à l'achat d'un certificat CO2 pour quelques dizaines de francs, vous pouvez devenir copropriétaire d'un arbre dans une forêt soleuroise.

Stocker du gaz carbonique

Le but est de lui éviter la hache pendant les trente prochaines années pour qu'il puisse continuer à stocker du gaz carbonique. Un arbre de taille moyenne absorbe autant de CO2 que celui produit par deux Suisses prenant l'avion pour Madrid: "Notre projet s'adresse surtout aux entreprises qui ne parviennent pas à compenser leurs émissions de CO2," explique Mark Hunninghaus, forestier. "Grâce à l'achat de nos certificats elles pourront régler ce problème d'exploitation".

Les 1200 hectares de l'exploitation forestière de Bucheggberg devraient ainsi emmagasiner quelques 100'000 tonnes de gaz carbonique durant les trente prochaines années.

Chute du prix du bois

Mais l'intérêt est aussi économique pour le secteur. Avec la chute du prix du bois, la vente de ces certificats CO2 pourrait garantir une nouvelle source de revenus aux propriétaires de forêt: "Nous ne parvenons pas à écouler tout le bois que les forêts produisent en Suisse," remarque Urban Brütsch, vice-directeur de Forêt Suisse. "Cela ferait donc sens de mettre en valeur ce stockage de CO2".

Les milieux écologistes sceptiques

Mais l'idée d'attribuer une valeur marchande au stockage de gaz carbonique ne convainc pas forcément les milieux écologistes: "C'est une bonne idée de permettre aux forêts d'absorber davantage de CO2, selon Georg Klinger, expert du climat pour Greenpeace. "Mais le problème avec ce projet, c'est que les stockages de gaz carbonique sont ensuite vendus à des gens pour leur permettre d'émettre plus de CO2 de leur côté. L'effet est donc nul et on ne peut pas parler d'un projet de protection du climat". 

La Suisse s'est engagée à diminuer de moitié ses émissions de CO2 d'ici à 2030 par rapport à 1990. Le projet soleurois est une infime contribution à ces objectifs climatiques, mais il a déjà inspiré d'autres cantons comme le Valais, les Grisons et Bâle-Campagne.

Sujet TV: Fanny Zürcher

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié le 09 mars 2019 à 10:23