Publié le 27 juillet 2017 à 21:34

Les chemins de fer historiques suisses sont peu soutenus

Trains historiques: un patrimoine en danger malgré les bénévoles
Trains historiques: un patrimoine en danger malgré les bénévoles 19h30 / 2 min. / le 27 juillet 2017
La Suisse compte de nombreux trains historiques, mais ceux-ci ne peuvent compter que sur des associations et compagnies privées. Hormis les Grisons, les collectivités publiques n’engagent aucun moyen pour la préservation de ce patrimoine.

C'est l'attrait "marketing" des chemins de fer historiques qui garantit pour l'heure leur survie. Ainsi, la compagnie Montreux-Oberland bernois (MOB) vient d'investir 100'000 francs pour restaurer quatre wagons de la Belle-Epoque, construits entre 1892 et 1909.

Ces voitures, dont la plus ancienne a transporté l'impératrice Sissi, circulent quotidiennement tout l'été. La sauvegarde du patrimoine rejoint ici l'intérêt économique de la compagnie.

Mais la Suisse compte près de 80 sociétés de chemins de fer, pour la plupart avec des lignes centenaires. Le matériel évolue, et lorsqu'il est mis au rebut, des pièces à haute valeur historique risquent de disparaître.

Plus de 70 locomotives au Blonay-Chamby

Depuis 1968, le chemin de fer-musée Blonay-Chamby collectionne des machines de 1890 à 1940. Aujourd'hui, il dispose de plus de 70 locomotives et voitures. Il tourne avec un budget de 400'000 francs, financé par des dons, des cotisations et la vente de billets.

Les communes de la région le subventionnent à hauteur de 10% environ, pour son apport touristique. Restaurer une voiture voyageurs coûte 250'000 francs en frais de matériel, une locomotive à vapeur environ 600'000 francs.

C'est sans compter la main d'œuvre: des milliers d'heures fournies gratuitement, car le Blonay-Chamby fonctionne uniquement grâce au travail de ses 120 membres bénévoles.

Une préservation nationale jugée nécessaire

Aujourd'hui, le chemin de fer-musée tourne sans problème particulier. Mais il n'a plus de place pour accueillir de nouveaux véhicules, menacés de démolition. "Il faudrait établir des inventaires pour viser une préservation nationale. On voudrait savoir où se trouvent les pièces, lesquelles sont dignes d’intérêt", déclare Jérôme Constantin, président du Blonay-Chamby.

Une lacune aujourd'hui, car la Confédération a établi un inventaire des installations à câble (téléphériques, etc.) en 2014. Et dans le domaine de la navigation, le canton de Vaud a classé en 2011 les bateaux de la Compagnie générale de navigation (CGN) aux monuments historiques.

Dans le domaine ferroviaire, le canton des Grisons a fait un premier pas. Le Grand Conseil a décidé en avril 2017 de financer la circulation de trains historiques. Le montant qui sera engagé n’est pas encore défini.

Laurent Dufour

Publié le 27 juillet 2017 à 21:34