Modifié

Luc Barthassat lance un nouveau parti et vise 2023

Luc Barthassat fonde son propre parti à Genève: interview [RTS]
Luc Barthassat fonde son propre parti à Genève: interview / Forum / 7 min. / le 21 juin 2022
L’ancien conseiller d’Etat genevois Luc Barthassat fonde une nouvelle formation politique "participative" dans la perspective des élections cantonales de l’an prochain, dévoile la RTS. Il briguera un siège au Grand Conseil et possiblement au gouvernement.

Luc Barthassat sera candidat aux élections cantonales genevoises de 2023 sous une nouvelle bannière, a appris la RTS. L’ancien conseiller d’Etat, qui siège au Parlement de la Ville de Genève, vient de démissionner du MCG, après être passé par le PDC. Aujourd'hui, il ne veut plus s'affilier aux partis traditionnels. Il fonde un parti qui se veut plus proche du peuple.

Citoyen au centre

Ce nouveau venu de la politique genevoise se nomme "Civis", ce qui signifie "citoyen" en latin. Ce nom n'a pas été choisi par hasard, puisque le but affiché est de faire participer les citoyens, d'où qu'ils viennent, à un projet rassembleur et sans étiquette.

Le parti a été fondé en février dernier par une poignée d'habitantes et d'habitants du canton, dont Luc Barthassat. La formation politique réunit à ce jour une quarantaine de membres aux profils très variés. Certains sont politisés, comme l'ancien conseiller national genevois. D'autres pas. Ce qui les réunit est un rejet des partis traditionnels et de leur clivage gauche-droite. Ils appellent à dépasser ces divisions. Ils revendiquent des solutions pragmatiques, équilibrées et de bon sens pour "réconcilier les Genevois avec le débat public".

"Réveiller la conscience des gens"

Pour Luc Barthassat, l'objectif d'une telle structure est de "réveiller la conscience des gens". Interviewé mardi dans l'émission Forum, l'ancien conseiller d'Etat estime qu'actuellement "on se demande où est la gauche et où est la droite", expliquant qu'il y a "surtout une force populaire qui est de plus en plus abstentionniste et déçue".

Il y a surtout une force populaire qui est de plus en plus abstentionniste et déçue

Luc Barthassat, candidat MCG au Conseil municipal de Genève, le mardi 10 mars 2020 à Genève. (KEYSTONE-Salvatore Di Nolfi) [Keystone]
Luc Barthassat, conseiller municipal de la ville de Genève, ancien conseiller d'Etat genevois et ancien conseiller national

Selon son analyse, "c’est le Covid qui nous a mis dans cette espèce de mouvement où tout le monde est au garde-à-vous, chez soi, confiné." Luc Barthassat appelle à dépasser cette situation: "Ressortez dans la rue, dites votre façon de penser, réunissez-vous, et avec des gens de confiance et qui l’ont prouvé", précisant au passage qu'il fait "partie" de ces gens de confiance.

Réunions publiques

Civis se positionne sur quatre thèmes principaux: le pouvoir d'achat, la mobilité, la sécurité et la réforme de l'administration. Le parti propose, par exemple, d'exempter de taxes les entrepreneurs empruntant de l’argent pour leur première entreprise. Il souhaite aussi créer une caisse cantonale pour l’assurance maladie ou autoriser les deux-roues dans les voies de bus à une vitesse limitée à 30 km/h. La formation milite aussi pour la multiplication des voies vertes et la réalisation de la traversée du lac.

Autres propositions: la création de zones piétonnes éphémères, ou encore le renforcement des patrouilles de nuit des policiers genevois. Des idées variées qui en appellent d'autres: le parti compte organiser des forums citoyens ainsi que des espaces de travail collectifs, ouverts à toutes et à tous, et en particulier aux jeunes, pour trouver des solutions applicables rapidement.

Liste au Grand Conseil

En 2023, Civis entend présenter une liste au Grand Conseil ainsi qu'un ou deux candidats au Conseil d'Etat genevois. Luc Barthassat briguera en tout cas un siège au Parlement cantonal. Il pourrait aussi se présenter à l'Exécutif et venir chatouiller la dizaine de candidats d'ores et déjà déclarés.

Raphaël Leroy

Publié Modifié