Modifié le 12 juin 2019 à 21:13

Sur la base d'un bon bilan, Lausanne pérennise sa lutte contre le deal de rue

À Lausanne, la Municipalité affirme avoir réussi à repousser les dealers loin du centre-ville.
À Lausanne, la Municipalité affirme avoir réussi à repousser les dealers loin du centre-ville. 19h30 / 1 min. / le 12 juin 2019
Le dispositif de lutte contre le deal de rue mis en place il y a un an à Lausanne sera pérennisé. Dans plus de 93% des cas, aucun deal de rue n’a été constaté dans les points chauds de la ville, où la présence de policiers a été renforcée.

En juin 2018, la Municipalité avait décidé de renforcer la stratégie de lutte policière pour répondre aux problèmes récurrents engendrés par la présence continue de vendeurs de stupéfiants en rue.

Le volet principal de ce dispositif consistait à déployer des agents patrouillant seuls en continu entre 8h00 et 22h00, dans six lieux identifiés comme prioritaires. En janvier 2019, au vu de l’impact positif du dispositif, l’horaire a été étendu de 7h00 à 23h00.

Craintes dissipées

Lors de sa mise en place, ce dispositif avait toutefois suscité des questionnements sur son efficacité et sur de potentiels déplacements de dealers, dans un contexte de forte pression médiatique et politique. Ces craintes ont pu être dissipées, se réjouit la Municipalité mercredi.

Toutefois le dispositif a permis de "reprendre ce territoire", mais la consommation de stupéfiants n'a pas diminué, admet Pierre-Antoine Hildbrand, municipal lausannois en charge de la sécurité. Il précise que "les achats et les ventes se font à d'autres heures, qui sont moins gênantes pour l'ensemble de la population. De ce point de vue-là, c'est un succès". 

Le maillage policier dans le centre-ville a donc provoqué des adaptations chez les vendeurs, mais des réponses concrètes y sont apportées, sur certaines lignes de bus ou selon de nouveaux horaires, affirment les autorités.

Rôle social du policier

La population et les commerçants ont largement relevé les effets réjouissants de cette action sur la convivialité des espaces publics. La présence policière a prévenu la commission d’infractions en lien avec la vente et l’achat de drogues mais elle a également empêché d’autres délits, tout en réaffirmant le rôle social du policier.

En ancrant ce dispositif dans le socle de base de la sécurité des espaces publics lausannois, la Municipalité veillera parallèlement à ce que la population toxicomane puisse recourir à l’Espace de consommation sécurisé ouvert en octobre 2018.

>> Voir: Les précisions de Pierre-Antoine Hildbrand

Lausanne tire un bilan sur le dispositif anti-deal de rue. Les explications de Pierre-Antoine Hildbrand, Municipal.
12h45 - Publié le 12 juin 2019

ats/pym

Publié le 12 juin 2019 à 21:12 - Modifié le 12 juin 2019 à 21:13