Modifié le 06 juin 2018

Présence policière renforcée au centre de Lausanne face au deal de rue

Deal de rue à Lausanne: nouvelle task force plus visible de vingt policiers en uniforme dédiée à plein temps
Deal de rue à Lausanne: nouvelle task force plus visible de vingt policiers en uniforme dédiée à plein temps 19h30 / 2 min. / le 05 juin 2018
En plein débat sur le deal de rue, Lausanne a présenté mardi ses mesures pour mieux lutter contre le phénomène. La Ville va mettre l'accent prioritairement sur un renforcement de la présence policière.

Dès le 15 juin, six zones du centre-ville occupées par les dealers seront quadrillées par des policiers en uniforme 7 jours sur 7 entre 08h00 et 22h00. Vingt postes à plein temps seront dévolus pour l'instant à cette tâche, mais les effectifs pourraient augmenter dans un second temps.

"Nous avons défini six points d'attention où la police sera présente mais nous sommes aussi attentifs à l'entre-terrain, c’est-à-dire à tout ce qui entoure ces endroits où la police agira à la fois en uniforme et en civil pour éviter des phénomènes de déplacement auxquels il faut évidemment s'attendre", explique le municipal lausannois Pierre-Antoine Hildbrand dans le 12h30 de la RTS.

Le directeur de la Sécurité insiste sur le fait qu'il s'agit d'agir de manière préventive. "Par sa seule présence, la police perturbera les échanges entre dealers et acheteurs", assure-t-il.

>> L'interview de Pierre-Antoine Hildbrand dans le 12h30:

Des policiers patrouillent à proximité de la place de la Riponne à Lausanne début juin.
Jean-Christophe Bott - Keystone
Le 12h30 - Publié le 05 juin 2018

"Réagir de façon forte et durable"

Mais la Ville compte aussi sur une amélioration de la chaîne pénale en matière de répression. "Nous sommes conscients des difficultés à mener un certain nombre d'arrestations, faire purger un certain nombre de peines", assure Pierre-Antoine Hildbrand. "La question pénitentiaire relève à la fois du canton et des politiques qui sont menées", note le municipal. "Ce point est à l'ordre du jour à la fois de la coordination de la chaîne pénale et du conseil cantonal de sécurité."

"Nous sommes attentifs évidemment à l'exaspération d''une partie de la population", note encore l'élu. "Et nous voulons réagir de façon forte et durable."

>> Ecouter le débat entre le syndic Grégoire Junod et Fernand Melgar dans Forum:

Grégoire Junod et Fernand Melgar.
Keystone
Forum - Publié le 05 juin 2018

Propos recueillis par Yves Zahno/oang

Publié le 05 juin 2018 - Modifié le 06 juin 2018