Modifié le 04 novembre 2018 à 22:48

Emmanuel Macron entame un périple sur les traces de la Grande Guerre

Emmanuel Macron et le président allemand Frank-Walter Steinmeier étaient à Strasbourg pour le début de "l'itinérance mémorielle".
Campagne d'Emmanuel Macron aux commémorations de la guerre de 14-18: interview de Bruno Jeudy Forum / 6 min. / le 04 novembre 2018
Le président français a retrouvé dimanche soir son homologue allemand en prélude d'un périple présidentiel inédit à travers l'est et le nord de la France pour célébrer le centenaire de la Première Guerre mondiale.

C'est dans la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg qu'a été donné le coup d'envoi de "l'itinérance mémorielle" qui mènera le président dans 11 départements en une semaine, sur les champs de bataille de la Grande Guerre et à la rencontre d'une France périphérique frappée par la crise.

Au total, il se rendra dans une quinzaine de villes. "Chaque étape sera l'occasion d'aborder les préoccupations actuelles des territoires visités, qui tentent de rebondir après avoir été frappés par la désindustrialisation et les bouleversements agricoles", souligne l'Elysée.

Avant le retour à Paris, le périple se terminera samedi par une cérémonie très symbolique avec la chancelière Angela Merkel dans la clairière de Rethonde, à Compiègne dans le département de l'Oise, où a été signé l'armistice.

Dimension politique

Ce voyage dans le Grand Est puis dans les Hauts de France possède tout d'abord une dimension mémorielle, puisqu'il s'agit d'honorer la mémoire de quelque huit millions de Français qui ont combattu durant la guerre et des 1,4 million qui y ont péri.

Le périple aura également des visées diplomatiques, puisqu'Emmanuel Macron aura l'occasion de rencontrer plusieurs chefs d'Etat étrangers, avant même le bouquet final où sont attendus notamment Donald Trump et Vladimir Poutine.

Enfin, "l'itinérance" aura une forte connotation politique et sociale, à un moment où le président est au plus bas dans les sondages et que la colère des Français monte sur la question du pouvoir d'achat.

afp/spe

Publié le 04 novembre 2018 à 22:07 - Modifié le 04 novembre 2018 à 22:48