Modifié

L'Iran appelle la justice internationale à bloquer les sanctions américaines

Les audiences de la Cour internationale de justice qui se dérouleront à La Haye sur quatre jours ont débuté aujourd'hui. [Piroschka van de Wouw - Reuters]
Les audiences de la Cour internationale de justice qui se dérouleront à La Haye sur quatre jours ont débuté aujourd'hui. [Piroschka van de Wouw - Reuters]
La délégation iranienne a plaidé lundi pour que la Cour internationale de justice (CIJ) traite avec une "urgence extrême" l'affaire engagée contre les Etats-Unis au sujet du rétablissement des sanctions américaines.

Durant les audiences, qui dureront quatre jours, la délégation iranienne plaidera pour une levée des nouvelles sanctions américaines aux "conséquences dramatiques" sur l'économie iranienne, selon les mots de l'agent Mohsen Mohebi, conseiller en droit international auprès du président iranien.

Dans une procédure engagée en juillet, l'Iran appelle les juges de la CIJ, organe judiciaire principal de l'ONU, à stopper la réimposition des sanctions américaines annoncée par Donald Trump il y a trois semaines.

Tensions au plus haut

Les tensions entre Washington et Téhéran sont au plus haut depuis que le président américain a décidé de sortir de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, en mai. Les sanctions, jusque-là suspendues en vertu de l'accord international, ont ainsi été rétablies.

L'Iran affirme que les actions des Etats-Unis violent de nombreuses dispositions du traité américano-iranien de 1955, et souhaite "mettre fin sans délai" à ces mesures.

agences/puga

Publié Modifié

L'Iran dit "contrôler totalement" le détroit d'Ormuz

L'Iran contrôle totalement l'accès au Golfe et le détroit d'Ormuz, annonce lundi le commandant des forces maritimes des gardiens de la Révolution, cité par l'agence de presse iranienne Tasnim.

Face au rétablissement annoncé des sanctions américaines sur son pétrole, Téhéran a menacé ces dernières semaines de bloquer cette voie par laquelle transitent jusqu'à 30% des exportations maritimes de pétrole, à l'extrémité des eaux du Golfe, entre l'Iran au nord, Oman et les Emirats arabes unis au sud.

Multiples sanctions

Les premières sanctions américaines, qui ont été lancées début août, seront suivies en novembre d'autres mesures affectant le secteur pétrolier et gazier, qui tient un rôle capital dans l'économie iranienne.

Plusieurs compagnies internationales, dont le français Total et l'allemand Daimler, ont déjà communiqué la fin de leurs activités en Iran suite à l'entrée en vigueur des sanctions américaines.