Modifié le 31 mai 2018 à 14:04

Un nouveau bateau sur le lac Léman pour les pendulaires français

Nouveau bateau de la CGN en 2020 Lausanne-Evian: le mot de Nuria Gorrite, conseillère d'Etat vaudoise
Nouveau bateau de la CGN en 2020 Lausanne-Evian: le mot de Nuria Gorrite, conseillère d'Etat vaudoise 12h45 / 1 min. / le 31 mai 2018
Les pendulaires français pourront plus facilement venir travailler à Lausanne et Nyon (VD). Un nouveau bateau de 500 places permettra de doubler la cadence sur le Léman d'ici deux ans.

La Compagnie générale de navigation (CGN) n'avait plus acheté de nouveau bateau pour ce type de transport depuis 1990, a rappelé la présidente du gouvernement vaudois Nuria Gorrite jeudi devant la presse à Lausanne. Son coût est estimé à 15 millions de francs.

Les autorités vaudoises et leurs homologues français ont mis cinq ans pour trouver une formule de gouvernance commune et un accord financier. Celui-ci permet de subventionner à parts égales les traversées du Léman entre Thonon (F), Evian (F), Lausanne, Nyon et Yvoire (F).

Meilleur partage des coûts

Le montant non couvert par la vente des billets s'élève à un peu plus 4 millions de francs par année actuellement. Jusqu'ici, la couverture du déficit d'exploitation des traversées du Léman était prise en charge majoritairement par Vaud (43%), les autorités françaises (31%) et la Confédération (23%).

Le financement du nouveau bateau sera assuré par la CGN grâce à une garantie d'emprunt fédérale. Dès sa livraison prévue pour fin 2020, il permettra de doubler la capacité sur la ligne entre Lausanne et Evian et offrira une cadence à 45 minutes aux heures de pointe.

Nouvelles lignes

Les trois lignes de la CGN (Lausanne-Evian, Lausanne-Thonon et Nyon-Yvoire) devraient ensuite être développées, mais de nouveaux accords devront intervenir.

En 2017, elles ont transporté 1,8 million de passagers, un nombre en progression de 30% en cinq ans.

ats/hend

Publié le 31 mai 2018 à 14:03 - Modifié le 31 mai 2018 à 14:04