Modifié le 25 mai 2016 à 20:17

La France au ralenti à cause d'une grève qui fait tache d'huile

Policiers anti-émeutes face à des syndicalistes en grève bloquant l'accès à la raffinerie de Douchy-les-Mines, dans le nord de la France, mercredi.
Policiers anti-émeutes face à des syndicalistes en grève bloquant l'accès à la raffinerie de Douchy-les-Mines, dans le nord de la France, mercredi. [François Lo Presti - AFP]
Alors que les grèves touchant les raffineries se durcissent en France, le mouvement devrait prendre de l'ampleur et toucher d'autres secteurs mercredi et jeudi après l'appel à la mobilisation de plusieurs syndicats.

Le projet de loi sur le travail contesté depuis des semaines en France continue à cristalliser la colère d'une partie de l'opinion et de plusieurs syndicats mercredi. Alors que le gouvernement du Premier ministre Manuel Valls a réitéré sa volonté de promulguer la loi et qu'il dénonce un "durcissement" de la contestation par certains syndicats, notamment dans le blocage des raffineries, le mouvement de grève devrait s'étendre à de nouveaux secteurs.

Tel est du moins le sens de l'appel lancé mardi par le secrétaire général du syndicat CGT "pour une généralisation de la grève partout,dans tous les secteurs", cité par Le Monde, alors que la France a déjà commencé à puiser dans ses réserves stratégiques de produits pétroliers pour faire face aux problèmes d'approvisionnement en carburant, selon l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

>> Lire aussi: Manuel Valls: "Le syndicat CGT ne fait pas la loi en France"

Trains supprimés

Ainsi, la compagnie de chemin de fer SNCF a connu des débrayages mercredi à l'appel de la CGT-Cheminots et SUD-Rail, sans que les perturbations aient été aussi importantes que la semaine dernière, selon une porte-parole de la SNCF. La compagnie dit pouvoir assurer 3 TGV sur 4 et 2 TER sur 3. Des perturbations dans le même ordre de grandeur sont prévues jeudi.

Au départ de Genève, deux TGV pour Paris sont supprimés mercredi et jeudi, ceux de 7h42 et 18h30, et un Paris-Genève, à 18h11, indique l'exploitant, TGV Lyria, sur son site.

Vols annulés

Le trafic aérien devrait connaître des perturbations dans l'ensemble du pays jeudi surtout - avec l'annulation de 15% des vols à l'aéroport parisien d'Orly. Contacté par la RTS, Genève Aéroport annonce la suppression de dix vols EasyJet dont quatre entre Genève et Paris-Orly.

"Il faut toutefois s'attendre à quelques annulations et à des retards pour les vols vers la France, l'Espagne, le Portugal et le nord de l'Afrique en raison du ralliement des contrôleurs aériens au mouvement social chez Air France", indique une porte-parole de l'aéroport.

Transport routier fluide

La situation est en revanche apaisée pour l'heure dans le secteur du transport routier. Les chauffeurs ont en effet obtenu des garanties de la part du gouvernement sur le calcul de leurs heures supplémentaires. Mais une décision de reprendre la grève durant l'Euro de football qui se déroulera en France du 10 juin au 10 juillet pourrait intervenir d'ici la fin de la semaine.

Electricité menacée

Les personnels des 19 centrales nucléaires françaises ont voté la grève pour jeudi, journée nationale d'action contre la loi Travail, a déclaré la porte-parole de la fédération de l'énergie et des mines de la CGT.

Le mouvement, qui devait débuter mercredi à partir de 20h00, devrait entraîner des baisses de charge, mais non l'arrêt des centrales, a-t-elle précisé à Reuters.

Outre le mouvement dans les centrales nucléaires, les personnels d'au moins quatre centrales thermiques classiques ont également décidé de cesser le travail et il y aura le blocage d'une unité de stockage de gaz dans le sud de la France.

gax/jgal

Publié le 25 mai 2016 à 10:17 - Modifié le 25 mai 2016 à 20:17