Modifié

La mère d'un otage américain en Syrie supplie l'Etat islamique de le libérer

Le message a été diffusé par de nombreux médias, surtout américains. [NY Times]
Le message a été diffusé par de nombreux médias, surtout américains. [NY Times]
La mère de Steven Sotloff, journaliste américain enlevé en Syrie et qui apparait sur la vidéo du meurtre de James Foley, a lancé un appel à l'Etat islamique pour obtenir la libération de son fils.

La mère désespérée d'un journaliste américain menacé d'exécution par les djihadistes de l'Etat islamique (EI) a supplié mercredi leur chef Abou Bakr al-Baghdadi d'épargner son fils.

Au moment même où un autre ex otage en Syrie, Peter Theo Curtis arrivait "submergé par l'émotion" aux Etats-Unis, la mère de Steven Sotloff a brisé le silence total qu'elle observait depuis l'enlèvement, dans une brève vidéo diffusée par de nombreux médias.

"Un journaliste innocent"

"Je vous adresse un message à vous, Abou Bakr al-Baghdadi al-Quraishi al-Hussaini, le calife de l'État islamique. Je suis Shirley Sotloff. Mon fils Steven est entre vos mains", a déclaré Mme Sotloff.

"Vous, le calife, pouvez accorder l'amnistie. Je vous demande, s'il vous plaît, de libérer mon enfant", a imploré Mme Sotloff, expliquant que son fils de 31 ans était "un journaliste innocent", qui s'était rendu au Proche-Orient "pour couvrir les souffrances des musulmans aux mains de tyrans".

afp/asch

Le message en vidéo

Publié Modifié

L'EI "viole la charia"

L'Union mondiale des oulémas musulmans, dirigée par l'influent prédicateur qatari Youssef al-Qaradaoui, a jugé mercredi que les actions de l'Etat islamique violaient la charia.

"L'assassinat d'innocents, musulmans ou non musulmans, par certains groupes comme l'Etat islamique (EI) et sous le couvert de considérations confessionnelles répugnantes est un acte criminel et viole la charia", indique l'Union mondiale des oulémas musulmans.

"L'Union mondiale interdit catégoriquement ce genre d'actions commises par des groupes déviants", ajoute le texte publié à Doha