Modifié le 07 mai 2014 à 12:42

La Première ministre thaïlandaise destituée par la justice

La Première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra a tenté de se défendre devant la Cour constitutionnelle mardi déjà.
Appel à la démission de la Première ministre thaïlandaise Le 12h30 / 1 min. / le 07 mai 2014
La Première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra a été destituée mercredi par la Cour constitutionnelle de son pays qui l'a reconnue coupable d'abus de pouvoir.

La Cour constitutionnelle thaïlandaise a estimé mercredi que la Première ministre Yingluck Shinawatra avait violé la Constitution. Elle a demandé sa démission.

"Yingluck ne peut plus rester à son poste de Premier ministre", a déclaré un juge de la Cour lors de la lecture de la décision retransmise à la télévision. "Les juges ont décidé à l'unanimité que Yingluck avait abusé de son statut". La Cour a aussi décidé de révoquer tous les ministres impliqués.

Le ministre du Commerce Niwattumrong Boonsongpaisan a déjà été nommé Premier ministre par intérim par le gouvernement.

Accusée d'abus du pouvoir

Yingluck Shinawatra était accusée d'abus de pouvoir pour avoir démis le chef du Conseil national de sécurité, Thawil Pliensri, en 2011. La cheffe du gouvernement s'est défendue d'avoir pris seule la décision de le congédier, expliquant que celle-ci avait été prise en conseil des ministres. Thawil Pliensri a depuis réintégré ses fonctions sur ordre du tribunal administratif.

agences/sbad

Publié le 07 mai 2014 à 08:57 - Modifié le 07 mai 2014 à 12:42

Les opposants saluent la décision

Les manifestants antigouvernementaux ont salué la décision de la Cour à coups de sifflets devenus leur signe de ralliement.

Les protestataires continuent à défiler quasi quotidiennement dans les rues de Bangkok, même si la mobilisation a largement diminué depuis le début de cette crise qui a fait au moins 25 tués.

Ils accusent Mme Yingluck et son frère Thaksin Shinawatra, ancien Premier ministre renversé par un coup d'Etat en 2006 et personnage clé de la politique du royaume, d'avoir mis en place un système de corruption généralisée.