Modifié le 04 juillet 2013 à 19:51

Les comptes de la campagne 2012 de Nicolas Sarkozy ont été invalidés

Nicolas Sarkozy est inculpé pour abus de faiblesse dans l'affaire Bettencourt.
La campagne perdue de Nicolas Sarkozy va coûter cher à son parti. [EPA/Christophe Karaba - ]
Le Conseil constitutionnel français a rejeté les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012. Cette décision plonge son parti, l'UMP, dans une crise financière aiguë.

Les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2012 ont été invalidés par le Conseil constitutionnel. Des dépenses prises en charge par son parti, l'UMP, et par l'Etat auraient dû être inscrites dans ces comptes, ont jugé les Sages.

La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) avait invalidé ces comptes en décembre dernier, estimant qu'il avait dépassé le plafond autorisé de plus de 300'000 euros.

Selon la décision du Conseil constitutionnel, "dès lors que le compte de M. Sarkozy est rejeté, celui-ci n'a pas droit au remboursement forfaitaire". L'UMP sera ainsi privée de 11 millions d'euros (13,6 millions de francs) de remboursements par l'Etat.

Examiner les conséquences

Dès l'annonce de la Cour, le président de l'UMP Jean-François Copé est allé s'entretenir avec l'ancien président de la République. Une réunion est prévue "la semaine prochaine" afin d'examiner toutes les conséquences de cette décision.

afp/dk

Publié le 04 juillet 2013 à 16:33 - Modifié le 04 juillet 2013 à 19:51

Demande du Premier ministre Fillon

L'ancien Premier ministre François Fillon, qui pourrait affronter Nicolas Sarkozy lors de la primaire qu'organisera la droite en 2016 pour désigner son candidat à la présidentielle de 2017, a d'ores et déjà demandé à l'UMP de prendre à sa charge les frais du candidat non remboursés.