Modifié le 16 mai 2012 à 22:45

Premier jour du procès de Ratko Mladic, accusé de génocide en Bosnie

Ratko Mladic est accusé de crimes commis par ses troupes lors de la guerre de Bosnie, qui avait fait 100'000 morts et 2,2 millions de déplacés entre 1992 et 1995.
Ratko Mladic est accusé de crimes commis par ses troupes lors de la guerre de Bosnie, qui avait fait 100'000 morts entre 1992 et 1995. [TOUSSAINT KLUITERS - ]
L'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic a "pris en main le nettoyage ethnique de la Bosnie", a affirmé l'accusation au premier jour du procès de l'ex-général. L'affaire est jugée devant le TPIY, 17 ans après le massacre de Srebrenica.

Ratko Mladic, 70 ans, "a pris en main le nettoyage ethnique de la Bosnie", a affirmé Dermot Groome, représentant du bureau du procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), lors de sa déclaration liminaire: "Il a pleinement participé à une entreprise criminelle qui était en marche".


Cartes démographiques à l'appui, l'une datant d'avant la guerre de Bosnie (1992-1995) et l'autre d'après la guerre, Dermot Groome a décrit comment de nombreuses municipalités ethniquement mixtes ou à majorité musulmane étaient devenues serbes suite à la campagne de "nettoyage ethnique" dont il a décrit les "objectifs stratégiques".


"Le premier objectif était de séparer les Serbes des deux autres communautés nationales", les musulmans et les Croates, a assuré Dermot Groome, décrivant notamment comment un jeune garçon avait vu son père et son oncle tués lors de la guerre. "Des milliers de familles ont été forcées de quitter leurs terres", a-t-il ajouté.


Mladic rejette des accusations "monstrueuses"

Ratko Mladic et Radovan Karadzic sont accusés des mêmes crimes à La Haye.
Ratko Mladic et Radovan Karadzic sont accusés des mêmes crimes à La Haye. [Ranko Cukovic/Files - ]
Arrêté le 26 mai 2011 en Serbie après avoir échappé pendant seize ans à la justice internationale, Ratko Mladic, âgé de 70 ans, est accusé de crimes commis par ses troupes lors de la guerre de Bosnie, qui avait fait 100'000 morts et 2,2 millions de déplacés entre 1992 et 1995.


Ratko Mladic rejette ces accusations "monstrueuses". "Le monde entier sait qui je suis", avait-il lancé lors d'une audition l'année dernière. "Je suis le général Ratko Mladic, j'ai défendu mon peuple, mon pays, maintenant je me défends moi-même."


Massacre de Srebrenica

Ratko Mladic, qui plaide non coupable et encourt la prison à vie, doit notamment répondre du massacre de Srebrenica en juillet 1995, lors duquel près de 8000 hommes et garçons musulmans avaient été tués par les forces serbes de Bosnie, le pire massacre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.


Une vingtaine de mères et veuves d'hommes et garçons tués à Srebrenica ont fait le déplacement à La Haye et se sont rassemblées devant le TPIY peu avant le début de l'audience, qualifiant Ratko Mladic de "boucher" et de "mal incarné".


Ratko Mladic est également poursuivi pour son rôle dans le siège de Sarajevo, au cours duquel 10'000 civils avaient été tués.


agences/vtom/mre


Publié le 16 mai 2012 à 11:23 - Modifié le 16 mai 2012 à 22:45

Le parcours de Ratko Mladic en quelques dates

1965:Ratko Mladic entame sa carrière professionnelle au sein de l'Armée fédérale yougoslave.

1991: il devient général.

6 avril 1992: début du siège de Sarajevo, dirigé par le leader politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, et son chef militaire, le général Ratko Mladic. Les opérations feront quelque 11'700 morts en 44 mois.

15 mai 1992: alors que la Bosnie a voté l'indépendance par référendum, le président autoproclamé des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, le nomme commandant de l'Armée serbe de Bosnie, poste qu'il conservera jusqu'en décembre 1996.

11 juillet 1995: Ratko Mladic organise la prise de l’enclave musulmane de Srebrenica. 8'000 musulmans sont massacrés.

Fin 1995: le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie l'inculpe de génocide pour le siège de Sarajevo et les massacres de Srebrenica.

Octobre 2000: la chute de Slobodan Milosevic à Belgrade le prive de la protection officielle de l'Etat.

2001: Ratko Mladic entre dans la clandestinité.

26 mai 2011: Ratko Mladic est arrêté en Serbie.