Publié

Biden veut un partenariat avec l'Arabie saoudite qui respecte les "valeurs fondamentales"

Joe Biden veut un partenariat avec l'Arabie saoudite qui respecte les "valeurs fondamentales". [Evan Vucci - AP Photo]
Biden veut un partenariat avec l'Arabie saoudite qui respecte les "valeurs fondamentales" / Le Journal horaire / 17 sec. / le 10 juillet 2022
Joe Biden, qui va la semaine prochaine en Arabie saoudite, veut y "renforcer un partenariat stratégique qui soit basé sur des intérêts et des responsabilités mutuelles, tout en respectant les valeurs américaines fondamentales", écrit-il dans une tribune publiée samedi par le Washington Post.

Dans ce texte détaillé, le président américain, qui se rend mardi en Israël puis vendredi à Jeddah en Arabie saoudite, répond aux critiques qui l'accusent de se renier afin d'extirper à l'Arabie Saoudite la promesse de produire plus de pétrole.

Joe Biden avait, avant son élection, promis de faire de la monarchie pétrolière un "paria" international à cause de l'assassinat du journaliste dissident Jamal Khashoggi.

"Je sais que beaucoup ne sont pas d'accord avec ma décision d'aller en Arabie Saoudite. Mes vues sur les droits humains sont claires et durables, et les libertés fondamentales sont toujours au programme quand je voyage, et elles le seront pendant ce déplacement", assure le président américain.

Il rappelle avoir déclassifié un rapport explosif du renseignement américain concernant les circonstances de la mort de Jamal Khashoggi.

Mais il ne cite pas dans sa tribune le nom du prince héritier Mohammed ben Salmane, qui selon ce même rapport a "validé" l'assassinat. Joe Biden doit le rencontrer à Jeddah la semaine prochaine, dans le cadre d'une réunion élargie autour du roi Salmane.

"Assurer la solidité du pays"

"Mon travail de président est d'assurer la solidité et la sécurité du pays", justifie le démocrate de 79 ans, en citant la nécessité de "contrer" la Russie, de se mettre dans "la meilleure position possible" face à la Chine et d'assurer une "plus grande stabilité" au Moyen-Orient.

"Pour faire ces choses, nous devons avoir une relation directe avec les pays qui peuvent y contribuer. L'Arabie saoudite en est un", explique encore Joe Biden.

"En Arabie Saoudite, nous avons renversé la politique de chèque en blanc que nous avions héritée" du précédent président Donald Trump, indique Joe Biden.

Il précise: "Depuis le début, mon but a été de réorienter - mais pas de rompre - les relations avec un pays qui a été notre partenaire stratégique depuis 80 ans".

L'enjeu du pétrole

Le président américain fait aussi référence à un enjeu important de son déplacement: le pétrole, au moment où les prix élevés de l'essence exaspèrent les Américains et plombent les perspectives électorales de son parti.

Ryad, assure-t-il, "travaille avec mes experts pour aider à stabiliser le marché pétrolier". Washington voudrait que tous les pays du Golfe ouvrent les vannes pour faire baisser les cours.

Joe Biden a d'abord prévu de rencontrer le Premier ministre intérimaire Yaïr Lapid et le leader palestinien Mahmoud Abbas. Puis il s'envolera vendredi pour Jeddah, la première liaison directe de ce genre entre l'Etat hébreu et un pays arabe qui ne reconnaît pas son existence. Donald Trump avait déjà fait ce trajet à très forte dimension symbolique, mais en sens inverse.

afp/asch

Publié