Modifié

Ursula von der Leyen souhaite une discussion sur la vaccination obligatoire - Le suivi de la pandémie dans le monde

Ursula von der Leyen souhaite une discussion ouverte sur la vaccination obligatoire. [Olivier Hoslet - Pool/AP/Keystone]
Ursula von der Leyen souhaite une discussion ouverte sur la vaccination obligatoire. [Olivier Hoslet - Pool/AP/Keystone]
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a estimé mercredi que l'UE devrait avoir dès maintenant une "discussion" sur la vaccination obligatoire, tout en soulignant qu'une telle décision relevait des Etats membres.

UNION EUROPEENNE - Discussion sur la vaccination obligatoire

Alors que le nouveau variant Omicron inquiète la planète, Ursula von der Leyen a jugé à propos de l'obligation vaccinale qu'il était "approprié et raisonnable d'avoir cette discussion maintenant" dans l'Union européenne, précisant qu'il s'agissait d'une "position personnelle".

"Cela nécessite une approche commune mais je pense que c'est une discussion qui doit avoir lieu", a-t-elle ajouté.

Pour enrayer la flambée de la pandémie, l'Autriche, premier pays de l'UE à le décider, prépare une loi pour imposer la vaccination de la population adulte au 1er février 2022. L'Allemagne a annoncé mardi que la vaccination obligatoire allait faire l'objet d'une proposition de loi soumise au parlement avant la fin de l'année.

FRANCE - Durcissement des conditions d'accès

Face à la menace du variant Omicron, la France a annoncé mercredi un durcissement des conditions d'accès à son territoire en imposant notamment un test négatif pour tous les voyageurs, même vaccinés, provenant d'un pays hors de l'Union européenne.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a également annoncé que les vols avec dix pays de l'Afrique australe reprendraient à partir de samedi mais avec un "encadrement extrêmement strict et drastique". Seuls les Français, les ressortissants de l'UE, les diplomates et les navigants pourront voyager sur ces destinations.

Ces voyageurs subiront, en outre, un test Covid à leur arrivée en France, suivi d'un isolement de sept jours en cas de résultat négatif et de dix jours si le résultat est positif, a-t-il précisé.

Dans les deux cas, l'isolement "sera surveillé par des forces de sécurité intérieure et en cas de non respect de l'isolement, une amende de 1000 à 1500 euros" sera infligée, a ajouté le porte-parole.

OCDE - Exhortation à la vaccination

La priorité économique, c'est le vaccin: l'OCDE a exhorté mercredi les Etats à accélérer le rythme dans la distribution des doses afin d'enrayer la pandémie, pointant "la menace pour la reprise" économique du variant Omicron.

"Nous sommes préoccupés par le fait que le nouveau variant (...) ajoute davantage d'incertitude à celle déjà à l'oeuvre, ce qui pourrait représenter une menace pour la reprise" économique, a affirmé Laurence Boone, la cheffe économiste de l'organisation internationale, au cours d'une conférence de presse mercredi.

Dans les conclusions de ses perspectives économiques intermédiaires, l'Organisation de coopération et de développement économiques affirme que "la priorité demeure de s'assurer que les vaccins sont produits et distribués le plus rapidement possible à travers le monde, y compris les doses de rappel".

ROYAUME-UNI - Acquisition de 114 millions de vaccins supplémentaires

Le gouvernement britannique a annoncé mercredi acquérir 114 millions de nouvelles doses des vaccins contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech et de Moderna pour poursuivre sa campagne d'immunisation en 2022 et 2023 face à de nouveaux variants comme Omicron.

Cette annonce de l'acquisition de 60 millions de doses de Moderna et de 54 millions de Pfizer/BioNTech intervient à un moment où l'exécutif a donné un coup d'accélérateur à sa campagne de rappel, avec l'objectif d'offrir une troisième dose à tous les adultes d'ici à fin janvier, face à l'émergence d'Omicron.

Un des pays d'Europe les plus endeuillés avec plus de 145'000 morts, le Royaume-Uni avait dénombré mercredi 32 cas de ce variant soupçonné d'être très contagieux.

AFRIQUE DU SUD - Rapide augmentation des cas

L'augmentation fulgurante de nouveaux cas positifs au Covid en Afrique du Sud, largement portée par le nouvau variant Omicron, est très préoccupante, ont noté mercredi des responsables sanitaires devant le Parlement. "Le degré d'augmentation est le plus préoccupant", a affirmé le Dr Michelle Groome de l'Institut national des maladies transmissibles (NICD).

En deux semaines, le pays a connu une "augmentation exponentielle", passant d'un peu plus de 300 nouveaux cas quotidiens en moyenne sur une période de sept jours, à un millier la semaine suivante, à plus de 3500 cette semaine, a-t-elle souligné.

Mercredi soir, le NICD a annoncé 8561 nouveaux cas recensés dans la journée, contre 4373 la veille et 2273 lundi sur l'ensemble du pays.

PORTUGAL - Rétablissement de contrôles

Le Portugal, pays au taux de couverture vaccinale le plus élevé d'Europe, a rétabli à son tour mercredi des mesures de contrôle de l'épidémie de Covid-19, tout en misant sur une nouvelle campagne de vaccination à marche forcée.

Profitant d'une journée férié, des centaines de personnes se sont rendues au plus grand vaccinodrome du pays aussitôt qu'il a ouvert ses portes à Lisbonne mercredi, jour d'entrée en vigueur de l'obligation de porter à nouveau le masque dans les lieux clos et de présenter un pass sanitaire dans les hôtels, restaurants et salles de sport.

Installée dans un vaste pavillon du principal centre d'expositions de la capitale portugaise, dont la capacité de vaccination a ainsi presque doublé, cette infrastructure peut administrer jusqu'à 6000 doses de vaccin par jour.

AUTRICHE - Prolongement du confinement

Une commission parlementaire a approuvé mardi, comme attendu, un décret prévoyant le prolongement pour dix jours du confinement instauré en Autriche dans le but d'enrayer la nouvelle vague de l'épidémie de coronavirus, portant à vingt jours la durée totale de ce confinement - soit le maximum annoncé par le gouvernement.

Face au regain de la crise sanitaire malgré des restrictions visant les personnes non vaccinées contre le COVID-19, le pays s'est reconfiné en début de semaine dernière, une première en Europe occidentale depuis le printemps dernier.

Le gouvernement avait fait savoir que le confinement, d'une durée initiale de dix jours, pourrait être porté à vingt jours

>> Réécouter le reportage du 12h30:

Une affiche de la règle des "2G" à Vienne. [Hans Punz - APA/Keystone]Hans Punz - APA/Keystone
Quel impact le confinement a sur la situation sanitaire en Autriche? / Le 12h30 / 1 min. / le 1 décembre 2021

BRESIL - Deux cas d'Omicron, les premiers en Amérique latine

Le gouvernement de São Paulo, dans le sud du Brésil, a annoncé mardi deux cas du nouveau variant Omicron chez des voyageurs en provenance d'Afrique du Sud. Il s'agit des premiers dans ce pays et en Amérique latine.

Les deux personnes contaminées sont un homme de 41 ans et une femme de 37 ans, arrivées au Brésil le 23 novembre et reparties pour l'Afrique du Sud le 25 novembre, précise le communiqué.

Un autre cas suspect, celui d'un passager en provenance d'Ethiophie et qui avait auparavant visité l'Afrique du Sud, est en cours d'examen, ont précisé les autorités sanitaires de l'Etat de São Paulo.

NIGERIA - Premiers cas d'Omicron

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, a détecté trois premiers cas du variant Omicron du coronavirus qui se répand à travers le monde, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires.

Des analyses "ont identifié et confirmé les premiers cas au Nigeria de B.1.1.529 SARS-CoV-2, désormais connu sous le nom de variant Omicron", a déclaré dans un communiqué le responsable du Centre nigérian de contrôle des maladies (NCDC), Ifedayo Adetifa.

ARABIE SAOUDITE - Premier cas du nouveau variant

Un premier cas confirmé du nouveau variant du coronavirus Omicron a été détecté en Arabie saoudite chez un citoyen saoudien revenant d'un pays d'Afrique du Nord, a annoncé mercredi un responsable au ministère de la Santé, cité par l'agence de presse officielle SPA.

C'est le premier cas annoncé dans le Golfe du variant Omicron, qui se répand à travers le monde.

JAPON - Plus de réservation de vol pour un mois

Le Japon a demandé aux compagnies aériennes de suspendre toutes les nouvelles réservations à destination de son territoire pendant une durée d'un mois, face aux craintes concernant le variant Omicron, a annoncé mercredi le ministère nippon des Transports.

"Nous avons demandé aux compagnies aériennes de ne plus accepter de nouvelles réservations pendant un mois à partir du 1er décembre", a déclaré un responsable du ministère à l'AFP, précisant que les réservations existantes n'étaient pas concernées

Le Japon a pris la décision de suspendre les nouvelles réservations aériennes vers le Japon pour une durée d'un mois. [Kim Kyung-Hoon - Reuters]Le Japon a pris la décision de suspendre les nouvelles réservations aériennes vers le Japon pour une durée d'un mois. [Kim Kyung-Hoon - Reuters]

CHINE - Foyer de contaminations à la frontière russe

Une ville chinoise frontalière de la Russie et touchée par un foyer de Covid a stoppé mercredi des liaisons ferroviaires de marchandises, la Chine enregistrant par ailleurs un nombre record de nouveaux cas depuis un mois.

Le ministère chinois de la Santé a fait état de 91 nouveaux malades au niveau national, tous en Mongolie-intérieure (nord) et la majorité aux alentours ou dans la ville de Manzhouli, qui compte 230'000 habitants.

Cette dernière voit passer plus de 65% des échanges commerciaux sino-russes. Manzhouli avait déjà enregistré plusieurs dizaines de cas ces derniers jours, poussant les autorités à imposer des confinements localisés et des restrictions aux déplacements.

ETATS-UNIS - Premier cas du nouveau variant

Un premier cas du variant Omicron a été confirmé aux Etats-Unis chez un individu revenant d'Afrique du Sud, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires américaines. Cette personne a été testée positive en Californie, ont déclaré les Centres de prévention et de lutte contre les maladies dans un communiqué.

Elle était "entièrement vaccinée et présentait des symptômes légers en cours d'amélioration", ont-ils ajouté. "Toutes les personnes en contact proche (avec cette personne) ont depuis été testées négatives." L'individu testé positif était revenu d'Afrique du Sud le 22 novembre.

RTSinfo avec agences

Publié Modifié

Les chiffres de la pandémie dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 5'214'847 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi à la mi-journée.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 780'233 décès pour 48'557'723 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Après les Etats-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 614'681 morts et 22'094'459 cas, l'Inde avec 469'247 morts (34'596'776 cas), le Mexique avec 294'246 morts (3'887'873 cas), et la Russie avec 276'419 morts (9'669'718 cas).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Le suivi de l'évolution de l'épidémie: Le coronavirus en chiffres et en cartes