Modifié

Le survivant d'Hiroshima et Nagasaki est décédé

Par un malheureux concours de circonstances, Tsutomu Yamaguchi a vécu les deux bombardements à 3 jours d'intervalle. Ici celui de Nagasaki. [Reuters]
Par un malheureux concours de circonstances, Tsutomu Yamaguchi a vécu les deux bombardements à 3 jours d'intervalle. Ici celui de Nagasaki. [Reuters]
Tsutomu Yamaguchi, seule personne ayant officiellement survécu aux bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki à la fin de la seconde guerre mondiale, est mort à l'âge de 93 ans, rapportent mercredi plusieurs médias.

Tsutomu Yamaguchi a succombé lundi à un cancer de l'estomac,
selon les journaux nippons Mainichi, Asahi et Yomiuri. Il se
trouvait à Hiroshima dans le cadre d'un voyage d'affaires le 6 août
1945 lorsque les Américains avaient largué la bombe sur la ville.
Il avait été gravement brûlé sur le haut du corps et avait passé la
nuit sur place.

Officiellement l'unique "double" survivant

Tsutomu Yamaguchia a succombé à un cancer à l'âge de 93 ans. [Keystone]Tsutomu Yamaguchia a succombé à un cancer à l'âge de 93 ans. [Keystone] Puis il était rentré dans sa ville de
Nagasaki, à environ 300km au sud-ouest, où la deuxième bombe était
larguée trois jours plus tard.

Tsutomu Yamaguchi est la seule personne ayant survécu
officiellement aux deux attaques. D'autres doubles rescapés ont
également été identifiés, mais ils n'ont pas été formellement
identifiés comme tels par le gouvernement japonais.

Ces dernières années, Yamaguchi évoquait volontiers son
expérience, faisant part de son espoir que les armes nucléaires
soient définitivement interdites. Il s'était notamment exprimé
devant les Nations unies en 2006.

Immédiatement après la guerre, il avait travaillé comme interprète
pour les troupes américaines à Nagasaki, avant de devenir
enseignant dans un lycée.

ap/mej

Publié Modifié

Plus de 200'000 morts en quelques jours

Environ 140'000 personnes ont été tuées à Hiroshima et 70'000 à Nagasaki.

Yamaguchi est l'une des 260'000 personnes à avoir survécu.

Les personnes officiellement reconnues comme victimes par le gouvernement reçoivent des compensations financières, ainsi que des examens médicaux gratuits et la prise en charge de leurs obsèques.