Banner EuropExpress

Europe Express

Publié le 20 mai 2019 à 19:00 - Modifié le 26 mai 2019 à 10:12

De l'Italie à la Pologne, voyage en train dans l'Europe des populistes

- A Rome, Vienne, Bratislava, Budapest et Varsovie, qu'est-ce qui préoccupe les Européens au quotidien? Pendant dix jours, trois journalistes de la rubrique internationale de la RTS TV ont voyagé en train, munis d'une caméra, à la rencontre des habitants de ces cinq capitales de pays où le national-populisme a fait parler de lui ces dernières années.

- A travers des thèmes aussi divers que la peur du chômage, la montée de l'extrême droite, l'accueil des migrants ou encore les droits LGBT, #EuropExpress vous embarque chez nos voisins, membres de la société civile, engagés ou pas, militant.e.s ou candidat.e.s aux élections européennes, qui se tiendront du 23 au 26 mai. En voiture, s'il vous plaît!

Une série de reportages de Tristan Dessert, Juliette Galeazzi et Stephen Mossaz

  • Jour 1

    Premier arrêt: Rome Termini

    Genève, 7h du matin. La nuit a été courte, le sac à dos tiraille (déjà) les épaules. C'est quoi l'âge limite pour un Interrail? L'idée de voyager en train s'est imposée d'elle-même, l'influence de l'adolescente suédoise Greta Thunberg sans doute. Dans l'air du temps.

    A l'approche des européennes, les populistes et les nationalistes sont sous le feu des projecteurs médiatiques. Majoritairement europhobes ou à tout le moins souverainistes, sortiront-ils vainqueurs des urnes au soir du 26 mai 2019? L'impossible réunion de leurs intérêts nationaux pourrait leur jouer des tours.

    Les Verts gagnent du terrain dans certains pays, dont l'Allemagne, à la faveur des récentes mobilisations pour le climat. En République tchèque, le Parti pirate a effectué une percée dans les sondages. Et que dire de l'abstention, grande favorite?

    La vie au quotidien

    Bref, le doute est permis sur l'issue du scrutin. Mais pas sur la place prépondérante qu'ont prise ces élus populistes dans le paysage politique de plusieurs pays d'Europe ces cinq dernières années. Avec quelles conséquences pour leurs citoyens?

    Pour commencer, nous mettons le cap sur l'Italie. Pays voisin de la Suisse, la péninsule est dirigée depuis 2018 par une coalition contre nature entre le parti d'extrême droite, la Lega, et le Mouvement 5 étoiles (M5E), une formation populiste anti-système difficile à classer sur l'échiquier politique. Aux élections européennes, ils se présentent sous des listes séparées.

    A Rome, à 7h16 de train de Genève, les partis traditionnels se sont effondrés, victimes de la défiance des électeurs, des scandales politiques à répétition, de la corruption et de la crise économique sans fin...

    >> Lire: De battre pour l'Europe le coeur des Italiens s'est arrêté

  • Jour 2

    Blues à l'italienne

    >> Le reportage du 19h30:

    Europe Express: voyage en train dans l'Europe des nationalismes.
    19h30 - Publié le 20 mai 2019

    Europe Express: le manque d'emplois est la principale préoccupation des Italiens.
    19h30 - Publié le 20 mai 2019
     

    A 19h, c'est déjà l'heure du départ pour l'Autriche! Voyager entre Rome Termini et Vienne HBF: c'est 8h41 en voiture ou 3h30 en avion ou 12h16 en train, la solution choisie pour EuropExpress. C'est plus long, mais c'est moins de CO2 dépensé.

  • Jour 3

    Pas de doute, c'est le Nord!

    Pas de doute, nous nous réveillons au nord des Alpes. Le ciel est gris, les maisons bien alignées, il n'a pas l'air de faire très chaud et on parle allemand. C'est ça aussi l'Europe, la diversité linguistique!

    En Autriche, le débat politique est sensible à l'approche des élections européennes. La présence de l'extrême droite au gouvernement reste inacceptable pour une partie de la population.

  • Jour 4

    A Vienne, une valse à plusieurs temps

    Début mai, à notre passage à Vienne, le chancelier conservateur Sebastian Kurz lançait sa campagne avec optimisme. Dans ses rangs, on nous expliquait que le FPÖ, l'allié d'extrême droite, qui fait liste séparée aux européennes, s'était normalisé avec son entrée au gouvernement et que les dérapages relatés par les médias étaient dus à des élus locaux sans grande importance.

    >> Lire: En Autriche, valse politique à Vienne à l'approche des européennes

    Mais la diffusion d'une vidéo compromettant le numéro 2 du gouvernement, Heinz-Christian Strache, issu de l'extrême droite, a rebattu les cartes dans le pays. Sebastian Kurz qui a très vite pris ses distance avec cette affaire gardera-t-il sa cote de popularité?

    Une chose est sûre, l'Ibizagate -que personne n'avait prévu- redonne espoir aux autres formations du pays, et le scrutin européen pourrait bien servir de test grandeur nature.

    >> Le point à Vienne dans le 19h30:

    La série Europe Express à Vienne. L'Autriche au cœur de l'actualité avec le scandale qui secoue le gouvernement.
    19h30 - Publié le 21 mai 2019

    Stephen Mossaz: "Avec ce séisme politique, si l'opposition jubile, c'est surtout un sentiment de consternation qui domine."
    19h30 - Publié le 21 mai 2019

  • Jour 5

    Vienne-Bratislava, c'est (presque) Genève-Lausanne

    Après une journée à courir (en vain) après le FPÖ, qui n'a répondu à aucun de nos messages, nous voici en route pour la Slovaquie, toute proche. On a beau voyager léger, une caméra, ça pèse... alors si en plus il pleut, on ne peut pas s'empêcher de râler un peu.

    Aujourd'hui, il est facile de circuler entre Vienne et Bratislava, deux villes séparées d'une soixantaine de kilomètres et reliées en moyenne par un train chaque demi-heure. On en oublierait presque qu'il n'en a pas toujours été ainsi.

  • Jour 6

    Troisième arrêt: Bratislava, capitale automobile

    On n'en croit pas nos yeux en découvrant le quartier d'affaires de Bratislava. Les nombreux chantiers et les tours qui pointent vers le ciel témoignent du dynamisme économique de la Slovaquie.

    >> Le reportage du 19h30:

    Vignette Slovaquie
    19h30 - Publié le 22 mai 2019

    >> Lire: Comment l'Europe a souri à la Slovaquie, nouvel eldorado automobile

    Un pays qui avec le soutien des fonds structurels européens a réussi sa transition après des années de communisme.

    Ici, les européennes intéressent peu. En 2014, ce petit Etat de 5,4 millions d'habitants était lanterne rouge du continent avec un taux de participation de 13%. Mais cela pourrait être différent cette année.

  • Jour 7

    En Hongrie, famille, patrie et... Viktor Orban

    Entre Bratislava et Budapest, il y a deux heures de train. Seulement. Comme tout devient relatif...

    >> Lire: En Hongrie, la révolution conservatrice de Viktor Orban met l'UE au défi

    En Hongrie, le Premier ministre Viktor Orban est de retour au pouvoir depuis 2010. Membre du Fidesz, il défend une certaine idée de la Nation hongroise qui passe par la religion à l'école et des politiques natalistes pour combler le recul démographique.

    >> Le reportage du 19h30:

    La série Europe Express en Hongrie. Le premier ministre Viktor Orban prêche une révolution conservatrice contre l'immigration
    19h30 - Publié le 23 mai 2019

  • Jour 8

    Dans 14h, on sera à Varsovie!

    Le gouvernement de Viktor Orban a dépensé 48 millions d'euros pour sa communication des trois premiers mois de 2019 et ça se voit. A Budapest, les affiches oranges du Fidesz sont partout.

    Mais il est déjà temps de rejoindre Varsovie. En train de nuit, bien sûr.

  • Jour 9

    Après les migrants, les LGBT menacés en Pologne

    En Pologne, le PiS, le très conservateur parti au pouvoir, a trouvé une nouvelle cible.

    Les homosexuels sont associés à des pédophiles et quelques jours plus tôt, une activiste a été arrêtée à son domicile pour atteinte aux valeurs chrétiennes.

    >> Lire: Les LGBT, coeur de cible en Pologne avant les européennes

    De quoi inquiéter Natalia et Aleksandra, deux lesbiennes militantes pour les droits humains et qui ne cachent pas qu'elles ne se sentent pas en sécurité en ce moment.

    >> Le reportage du 19h30:

    En Pologne, la tension est toujours vive entre les catholiques et la communauté homosexuelle
    19h30 - Publié le 24 mai 2019

    "Europe Express": bilan du voyage dans cinq pays
    19h30 - Publié le 24 mai 2019

  • Jour 10

    EuropExpress, on fait le bilan?