Modifié le 22 avril 2019 à 21:06

Un mouvement islamiste local derrière les attentats au Sri Lanka

Attentats au Sri Lanka: près de 300 morts, le gouvernement accuse les islamistes.
Attentats au Sri Lanka: près de 300 morts, le gouvernement accuse les islamistes. 19h30 / 2 min. / le 22 avril 2019
Le gouvernement sri-lankais a incriminé lundi un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama'ath (NTJ), dans la vague d'attentats de la veille dont le bilan s'est alourdi à 290 morts.

Alors que les attaques n'avaient toujours pas été revendiquées, la présidence a déclaré l'état d'urgence à partir de lundi minuit (20h30 en Suisse) au nom de la "sécurité publique".

Tout en désignant le NJT, le porte-parole du gouvernement a indiqué avoir "du mal à voir comment une petite organisation dans ce pays peut faire tout cela". "Nous enquêtons sur une éventuelle aide étrangère et leurs autres liens, comment ils forment des kamikazes, comment ils ont produit ces bombes", a-t-il ajouté.

24 arrestations

Le NJT s'était fait connaître l'an passé en lien avec des actes de vandalisme contre des statues bouddhiques. Il avait aussi fait il y a dix jours l'objet d'une alerte diffusée aux services de police, selon laquelle il préparait des attentats suicides contre des églises et l'ambassade d'Inde à Colombo.

Les autorités sri-lankaises ont annoncé l'arrestation de 24 personnes, sans donner de détail sur les suspects. La police du Sri Lanka a également découvert lundi 87 détonateurs dans une gare de bus de la capitale Colombo.

>> Voir le sujet du 12h45:

Le Sri Lanka reste vigilant après les attentats
12h45 - Publié le 22 avril 2019

Bilan alourdi à 290 morts

En quelques heures, des bombes ont semé mort et désolation dans quatre hôtels et trois églises, en pleine messe de Pâques, en plusieurs endroits. Le pays n'a pas connu un tel déchaînement de violence depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans et le bilan s'est encore alourdi à 290 morts et environ 500 blessés.

Le Premier ministre Ranil Wickremesinghe avait annoncé dimanche qu'un total de treize personnes avaient été arrêtées.

Les suspects sont détenus dans deux endroits, dans et près de la capitale Colombo, selon une source policière. Ils appartiennent tous au même groupe radical, a-t-elle précisé.

Une bombe artisanale désamorcée

Une bombe artisanale découverte près du principal aéroport de Colombo a été désamorcée avec succès par les forces aériennes sri-lankaises, a annoncé lundi la police.

L'engin a été trouvé tard dimanche sur une route menant vers le principal terminal de l'aéroport, qui reste ouvert sous haute sécurité après les attaques sanglantes.

Une autre bombe a explosé durant une opération de déminage, sans toutefois faire de victimes.

>> Lire aussi: "Il n'y a personne dehors à Colombo, où règne une ambiance de stupeur" et "L'ampleur et la coordination de ces attaques au Sri Lanka étonnent"

agences/jvia/vkiss

Publié le 22 avril 2019 à 05:11 - Modifié le 22 avril 2019 à 21:06