Modifié le 01 avril 2019 à 13:39

Entre "train brag" et "flygskam", les Suédois revoient la notion de voyage

La gare de Stockholm.
L'engouement des Suédois pour le train au premier Salon du voyage en train à Stockholm Tout un monde / 5 min. / le 01 avril 2019
Les Suédois changent leurs habitudes et prennent de plus en plus le train. Ils parlent de "train brag", la fierté de prendre le train, en opposition au "flygskam", la honte de prendre l’avion.

Réchauffement climatique oblige, les Suédois utilisent davantage le train non seulement pour partir en vacances mais aussi pour leurs déplacements professionnels. Ce changement de comportement a déjà un impact sur le secteur des transports en Suède.

Ainsi, le premier salon des vacances en train, Tagsemester, s'est déroulé samedi à Stockholm. Cette foire veut inciter les voyageurs à ne plus penser automatiquement à l'avion, dont les émissions de CO2 réchauffent la planète, en les aidant à préférer le train.  "Le but est d'inciter les gens à prendre le train, que ce soit un plaisir, pas un sacrifice", a expliqué la Suédoise Susanna Elfors, initiatrice du salon, dans l'émission Tout un monde de lundi.

Ce plaisir du train a été exposé par différents intervenants qui ont parlé de leur voyage en donnant des conseils sur la meilleure façon de réserver, de passer les frontières ou d'acheter ses billets.

"Flygskam"

L'autre facette de cet engouement pour le train est le flygskam, la honte de prendre l'avion, trop émetteur de gaz à effet de serre. En Suède, cette tendance est portée par plusieurs personnalités, comme la jeune activiste du climat Greta Thunberg, qui est allée au Forum de Davos en train, ou Björn Ferry, commentateur sportif pour la télévision publique, qui ne prend jamais l'avion pour se rendre sur les sites de compétition.

La tendance risque d'être durable, car elle correspond aussi à la politique de la Suède, qui veut être le premier pays neutre en carbone, en 2045.

Pour Isabelle Lövin, ministre suédoise de l'Environnement, "si tout le monde prenait l'avion comme les Suédois, on passerait complètement à côté des accords de Paris: on vole en moyenne cinq fois plus que les autres. La Suède a déjà mis en place une taxe sur les billets d'avion. L'introduction de bio-carburant dans le kérosène pour réduire les émissions est aussi envisagée. On doit changer la façon de voyager des Suédois, c'est pour ça que le gouvernement investit dans les chemins de fer pour que les Suédois puissent se rendre dans les autres pays européens en train".

Déjà des conséquences

Pour la compagnie ferroviaire historique en Suède, SJ, ce changement d'attitude par rapport à l'avion a en tout cas eu des conséquences concrètes.

"2018 a été une année record pour la clientèle d'affaires, avec une croissance de +4,5%. Tous nos trains sont équipés de wifi car les gens veulent profiter de leur trajet pour travailler. Les trains de nuit sont aussi en croissance, avec 11% de passagers en plus. Bien sûr, on est très heureux de tout ça, mais c'est aussi un problème, car dans les horaires de pointe nous sommes souvent complets", explique Lina Elström, en charge de la clientèle d'affaire pour SJ.

>> Ecouter également l'interview de Clive Lamming, historien du chemin de fer et consultant:

Un train à la gare de Linkoeping, en Suède.
Gaetan Bally - Keystone
Tout un monde - Publié le 01 avril 2019

Reportage: Frédéric Faux

Adaptation web: lan

Publié le 01 avril 2019 à 12:15 - Modifié le 01 avril 2019 à 13:39