Modifié

L'Australie cesse de reléguer des enfants réfugiés sur l'île de Nauru

Les Australiens ont dû se mobiliser pour parvenir à obtenir l'évacuation des enfants réfugiés détenus dans des îles éloignées. [David Gray - Reuters]
L'Australie cesse de reléguer des enfants réfugiés sur l'île de Nauru / Le Journal horaire / 30 sec. / le 3 février 2019
L'Australie se prépare à retirer les quatre derniers enfants toujours placés dans des centres de traitement de l'immigration offshore sur l'île de Nauru. Ils doivent être transférés avec leurs familles aux Etats-Unis.

Jusqu'à 220 enfants ont été placés dans ces centres délocalisés par l'Australie sur l'île de Manus (Papouasie-Nouvelle-Guinée) et dans le micro-Etat insulaire de Nauru depuis 2013.

Mais une campagne massive en Australie exigeant le retrait des mineurs de ces centres de détention l'an dernier a convaincu le gouvernement de les évacuer.

Victoire mitigée

Le Premier ministre australien Scott Morrison, entré en fonction en août 2018 alors qu'il y avait encore 109 mineurs privés de liberté, a affirmé que son gouvernement avait travaillé depuis "calmement et méthodiquement au cours de la procédure sans compromettre l'intégrité de l'Opération de protection des frontières", dénomination de la politique migratoire controversée de l'Australie.

Les défenseurs des droits de l'Homme en Australie ont salué la nouvelle tout en mettant en garde contre la communication gouvernementale s'attribuant le mérite de ces évacuations.

agences/br

Publié Modifié

Un traitement inhumain, selon MSF

En décembre dernier, l'ONG Médecins sans Frontière avait dénoncé que la majorité des enfants sur l'île de Nauru souffraient de problèmes mentaux à un niveau "inhumain", alors qu'un tiers d'entre eux a tenté de se suicider.

Le nombre exact de réfugiés et demandeurs d'asile encore maintenus dans les centres d'immigration offshore n'est pas communiqué par les autorités australiennes. Après un pic de plus de 2000 personnes en détention en 2014, il y en avait 1262 fin décembre 2016, selon les données officielles.

Il est estimé désormais qu'il reste encore 500 hommes et femmes à Nauru, et 600 hommes sur l'île de Manus, selon les associations de défense de demandeurs d'asile.