Modifié

La compagnie low cost Ryanair traverse une zone de turbulences

Le compagnie à bas prix Ryanair assuera dix liaisons par semaine à l'EuroAirport. [EPA/Andy Rain - Keystone]
Sept fonds de pension européens excluent Ryanair de leur portefeuille pour des raisons éthiques / Tout un monde / 6 min. / le 12 mai 2017
Numéro un européen en matière de passagers transportés, Ryanair voit le ciel s'assombrir après que sept fonds de pension ont exclu la compagnie low cost de leur portefeuille. Des raisons éthiques sont évoquées.

A eux seuls, les sept fonds de pension (ATP, PKA, Sam, Industriens Pension, PFA, Pension Danmark et Foksam) qui ont retiré Ryanair de leur portefeuille gèrent plus de 300 milliards de francs d'actifs, explique vendredi l'émission de la RTS Tout un Monde.

Ce retrait massif, historique dans le secteur du transport aérien, risque de couper en plein vol l'ascension de la compagnie irlandaise. D'autant que l'asset manager britannique Baillie Gifford et le cabinet de conseil aux investisseurs Hermes EOS ont, eux aussi, exprimé leurs préoccupations.

Droit du travail en question

La politique de la compagnie à bas prix en matière de droit du travail est en cause. Des turbulences agitent Ryanair depuis plusieurs années. Elle a par exemple déjà été condamnée par le Danemark et la France pour avoir obligé ses équipes locales à signer des contrats irlandais.

Plus récemment, Ryanair s'est illustrée en délocalisant sa base aérienne en Lituanie pour opérer ses vols danois dans le but d'éviter les actions des syndicats dans le pays scandinave.

Dernier fait d'arme: faire décoller ses avions le plus rapidement possible à Bruxelles, en s'éloignant ainsi des radars sonores au sol, pour éviter de payer des amendes pour nuisances sonores.

120 millions de passagers par an

"Nous n'avons pas eu de grève en 31 ans. Nous sommes probablement la seule compagnie aérienne en Europe qui a une politique en matière de droit du travail en ligne avec les attentes des investisseurs", estime pour sa part Michael O'Leary, le bouillonnant patron de Ryanair.

Avec 120 millions de passagers par an, Ryanair est devenue en 2016 la plus grosse compagnie aérienne européenne. Par ailleurs, elle annonce déjà une augmentation de 14% de ses passagers en avril par rapport à l'année précédente.

Mais l'atterrissage pourrait s'avérer compliqué pour la compagnie low cost avec le retrait des sept fonds. Inquiets pour leur image, ceux-ci ont préféré se retirer en bloc, Ryanair ne leur assurant aucune garantie de pérennité, malgré ses rendements actuels.

Estelle Braconnier/rens

Publié Modifié