Modifié

La Royal Bank of Scotland écope d'une amende dans le scandale du Libor

Après UBS et Barclays, Royal Bank of Scotland écope d'une amende de 615 millions de dollars (559 millions de francs) dans le scandale du Libor. [Keystone]
Après UBS et Barclays, Royal Bank of Scotland écope d'une amende de 615 millions de dollars (559 millions de francs) dans le scandale du Libor. [Keystone]
Après Barclays et UBS, la banque britannique Royal Bank of Scotland (RBS) paiera 615 millions de dollars de pénalités pour son rôle dans le scandale de manipulation du taux interbancaire Libor.

Après Barclays et UBS, la banque britannique Royal Bank of Scotland (RBS) écope à son tour de lourdes pénalités pour son rôle dans le scandale de manipulation du taux interbancaire Libor. Elle payera au total quelque 615 millions de dollars (559 millions de francs).

Dans le détail: 87,5 millions de livres (125,1 millions de francs) au régulateur britannique des marchés financiers (FSA), 325 millions de dollars à son homologue américain (CFTC), et 150 millions de dollars au Département américain de la justice, en vue de "mettre fin aux enquêtes", a précisé RBS mercredi.

"Le conseil d'administration de RBS reconnaît de graves défauts dans nos systèmes et nos contrôles et aussi s'agissant de l'intégrité d'un petit groupe d'employés", a dit Philip Hampton, président du groupe. "C'est un jour triste pour RBS, mais aussi un moment important pour continuer de corriger les erreurs du passé."

Départ de 21 salariés

De 2006 au plus tard jusqu'à 2010, des traders de RBS à Londres, Singapour et Tokyo ont participé à des manipulations du taux de référence du marché monétaire, et ces agissements ont continué même après qu'ils eurent appris qu'une enquête était en cours.

Ces manipulations, principalement en yens et en francs suisses, sont le fait de 21 salariés de RBS, qui ont tous quitté le groupe ou ont été soumis à des mesures disciplinaires.

Afin de tourner la page, le patron de la branche banque d'investissement, John Hourican, se retirera du groupe, même s'il n'est pas impliqué dans l'affaire, ajoute l'établissement.

Bonus réduits

RBS, détenu à 81% par l'Etat depuis son sauvetage de 45,5 milliards de livres durant la crise financière de 2008, a décidé de financer les amendes en réduisant les bonus de son personnel.

La banque a indiqué mercredi que les réductions ou suppressions de bonus lui avaient permis de récupérer environ 300 millions de livres.

Face à la "colère" qui monte dans l'opinion contre les banques, de l'aveu même du ministre des Finances George Osborne, le gouvernement a fait pression ces derniers temps pour que l'amende soit payée par la banque en puisant dans les sommes prévues pour les bonus de ses cadres, et non par le contribuable.

ats/jgal

Publié Modifié

Vingt banques internationales dans le viseur

Près de vingt grandes banques internationales sont dans la ligne de mire, notamment aux Etats-Unis, où une quinzaine d'établissements ont été assignés à comparaître devant la justice, dont JPMorgan, Citigroup et Deutsche Bank.

En France, le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte d'une actionnaire de la Société Générale.

L'amende infligée à cette banque est supérieure à celle payée par sa compatriote Barclays, environ 435 millions de francs, mais reste largement inférieure à celle de la zurichoise UBS, 1,4 million de francs.

Qu'est-ce que le Libor?

Le Libor est fixé à Londres sur la base de taux communiqués par un panel de banques internationales. C'est l'un des taux auxquels les banques se prêtent de l'argent entre elles.

Central dans la finance puisque plus de 300'000 milliards de dollars de produits financiers dépendent de lui, il a aussi une incidence sur les prêts aux ménages et aux entreprises.

Mais les enquêtes ont montré comment les traders manipulaient les taux communiqués au panel afin d'en tirer des bénéfices sur leurs positions ou de faire apparaître leur banque plus solide.