Publié

Le nombre de pubs en Angleterre et au Pays de Galles est au plus bas

Les pubs, bars et restaurants fermeront plus tôt en Angleterre. [Alastair Grant - Keystone/AP]
Le nombre de pubs en Angleterre et au Pays de Galles est au plus bas / Le Journal horaire / 14 sec. / le 4 juillet 2022
Il n'y a jamais eu si peu de pubs recensés en Angleterre et au Pays de Galles, selon une analyse publiée lundi. Celle-ci révèle l'impact de la pandémie sur ces institutions chères aux Britanniques.

Le nombre total de pubs a chuté de plus de 7000 en une décennie pour tomber en dessous de 40'000 au premier semestre 2022, le plus bas jamais enregistré, a indiqué le groupe de conseil en immobilier Altus Group. Certains ont été démolis ou transformés en logements ou en bureaux.

Le secteur des pubs et de l'hôtellerie-restauration a été secoué par la pandémie de Covid-19, qui a contraint à la fermeture des établissements pendant les confinements et a entraîné une baisse de la demande.

Envolée des prix

Aujourd'hui, le secteur affronte d'autres défis, en pleine inflation qui a atteint 9,1% en mai dans le pays, au plus haut depuis 40 ans.

>> Lire: Le Royaume-Uni tente de freiner une inflation galopante

"Alors que les pubs se sont montrés remarquablement résilients pendant la pandémie, ils sont maintenant confrontés à de nouvelles difficultés", a déclaré Robert Hayton, président britannique du groupe Altus, citant "la flambée des coûts de l'énergie, des pressions inflationnistes et des hausses d'impôts".

>> Lire aussi: Les prix du gaz et de l'électricité augmentent de 54% au Royaume-Uni

Deux cents pubs ont disparu

De fin 2021 à fin juin, 200 pubs ont disparu en Angleterre et au Pays de Galles. Les West Midlands, dans le centre de l'Angleterre ont connu la plus forte baisse (28 en seulement six mois), suivis de Londres et de l'Est de l'Angleterre, qui ont tous deux perdu 24 établissements.

Selon une étude des associations représentant la profession British Beer and Pub Association, British Institute of Innkeeping et UKHospitality, seuls 37% des entreprises du secteur réalisent des bénéfices. La hausse du coût de l'énergie, des biens et de la main-d'oeuvre est citée comme le principal facteur de la baisse des bénéfices.

ats/iar

Publié