Publié

Les établissements hospitaliers recrutent en masse pour la 2e vague

Les établissements hospitaliers sont en manque d'effectifs face à la pandémie [RTS]
Les établissements hospitaliers sont en manque d'effectifs face à la pandémie / 19h30 / 2 min. / le 2 octobre 2020
Hôpitaux, cliniques ou EMS recrutent massivement du personnel de soin pour renforcer des effectifs épuisés, contaminés par le Covid-19 ou démissionnaires. Les établissements peinent à recruter, avec un nombre d'offres d'emploi bien supérieurs à celui des candidats.

Il y a la course au vaccin contre le Covid-19, mais il y a aussi la course à l'embauche des blouses blanches. Disposer de personnel qualifié en suffisance est l'un des facteurs déterminants d'une bonne gestion de la crise sanitaire. Les établissements hospitaliers se disputent donc ces perles rares, à peine sorties de formation.

Fraîchement diplômée le mois dernier, Fleur Valterio vient déjà d'être embauchée. Cette infirmière de 22 ans débute sa carrière au CHUV sur les chapeaux de roues. "J'ai de la peine à me dire que je suis infirmière. Pendant trois ans, j'étais étudiante. Maintenant, les responsabilités ne vont pas être les mêmes", affirme la jeune infirmière en néonatologie vendredi dans le 19h30.

Fleur Valterio figure parmi la centaine de personnes recrutées par l'hôpital en ce début du mois d'octobre. Pour la journée d'intégration, l'auditorium est plein.

Anticipation

Avec l'arrivée de la grippe en pleine pandémie de coronavirus, l'hôpital embauche du personnel supplémentaire plus vite que prévu.

"En ce moment, nous sommes en train d'embaucher environ 90 postes de travail infirmier pour les services. Parmi eux, une vingtaine est anticipée d'un ou deux mois. Il nous faut encore 40 postes pour renforcer notre équipe de remplacement des absences maladie, maternité ou vacances. Et si nous avons besoin de plus de personnel, on recherche dans les agences intérimaires", explique Isabelle Lehn, directrice des soins au CHUV.

Précieux intérimaires

Dans ce contexte de crise, les intérimaires représentent une manne précieuse dont il faut prendre soin. Cliniques, maisons de retraites et hôpitaux se disputent ce personnel soignant flexible, qui peut aussi devenir définitif si besoin.

A Genève par exemple, les HUG ont décidé de proposer un contrat à durée indéterminée à 200 temporaires.

Sur internet, les annonces d'emploi se bousculent et les cabinets de recrutement ont désormais du mal à satisfaire la demande. "Ce n'est pas simple, car on recherche tous les mêmes profils pour venir en aide aux établissements de soins. On a du mal à retrouver du personnel sur le territoire suisse", confirme Emmanuelle Valer, responsable d'agence ACTIVA personnel, à Genève.

Pour les établissements hospitaliers, le défi dépasse donc les frontières, car il faut trouver du personnel de soin à tout prix.

>> Les précisions de Sandra Merkli, directrice des soins aux HUG, dans le 19h30:

Sandra Merkli: "les besoins sont au-delà des possibilités de recrutement" [RTS]
Sandra Merkli: "les besoins sont au-delà des possibilités de recrutement" / 19h30 / 2 min. / le 2 octobre 2020

Estelle Braconnier/fme

Publié