Publié le 04 avril 2019 à 08:53

Les agents de sécurité privés dénoncent leurs conditions de travail

Un agent de sécurité à l'entrée d'un club (image d'illustration).
Unia lance une pétition pour améliorer les conditions de travail des agents de sécurité privée La Matinale / 3 min. / le 04 avril 2019
Une pétition lancée par le syndicat Unia dénonce les conditions de travail des agents de sécurité privés. Comme l’a appris la RTS jeudi, le texte a recueilli plus de 1000 signatures et doit être déposé jeudi.

La pétition "Stop au dumping et aux semaines de plus de 50 heures" doit être remise dans la journée à l'Association des entreprises suisses de services de sécurité. Cette campagne d'Unia intervient dans un contexte plutôt électrique: syndicat et employeurs négocient depuis plus d'un an.

Au coeur des discussions: la prolongation de la convention collective de travail de la branche. Il y a maintenant urgence, puisque la convention de force obligatoire prend fin le 30 juin.

La question du temps de travail constitue le noeud de la discorde. "La branche de la sécurité est réglée par la loi sur le travail qui fixe des limites, mais ces dernières sont malheureusement trop peu contrôlées", explique Arnaud Bouverat, secrétaire syndical Unia. Car même une semaine de 50 heures avec du travail de nuit est extrêmement pénible sur le long terme. Cela 'casse' les agents."

Revalorisation salariale

Unia préconise dès lors une revalorisation du salaire horaire, "les semaines étant trop longues". Selon le syndicat toutefois, les dysfonctionnements sont tels dans la branche que même un accord sur une nouvelle convention collective ne suffirait pas à tout régler.

"Le très gros point négatif de ce métier est qu'on ne sait jamais ce qu'on va faire le jour ou la semaine d'après", témoigne un agent de sécurité qui a souhaité rester anonyme. "J'ai peur de chaque mois qui arrive: aurai-je des heures? Vais-je travailler, toucher un salaire, pouvoir payer mon loyer?"

Important "turn-over"

Payé entre 23 et 26 francs de l'heure en fonction des missions, l'agent enchaîne des horaires mensuels oscillant entre 0 et 300 heures. Les journées de 10 à 12 heures se font sans pauses, debout sans s'asseoir, précise-t-il. "Ce qui me dérange aujourd'hui, c'est cette envie de gagner de l'argent à tout prix sur le dos des agents", fustige-t-il, en dénonçant également un important "turn-over" parmi les nouvelles recrues.

Car les agents de sécurité enchaînent parfois des semaines de plus de 60 heures, des surveillances à l'extérieur de bâtiments, la nuit, sans accès à des WC, devant parfois faire leurs besoins dans des champs, hiver compris. "Des agents craquent, démissionnent ou sont licenciés, et sont remplacés en l'espace de quelques jours", affirme le témoin.

"Chantage"

Sans compter les cas de "chantage": il n'est pas rare qu'un agent se sente obligé d'accepter une mission le matin même, sous peine de ne pas être planifié le mois d'après.

Contactée, l'Association des entreprises suisses de services de sécurité n'a pas souhaité s'exprimer tant que les négociations autour de la CCT sont en cours.

Cléa Favre/kkub

Publié le 04 avril 2019 à 08:53