Modifié le 20 août 2017

Le sol de la toundra libérerait de plus en plus de CO2 en Alaska

La région de Denali, dans la toundra d'Alaska.
La région de Denali, dans la toundra d'Alaska. [Robert Valarcher - AFP]
Le sol de la toundra d'Alaska semble émettre davantage de dioxyde de carbone (CO2) qu'il n'en capture en raison du changement climatique. Ce phénomène pourrait encore accélérer le réchauffement.

Les mesures des émissions de CO2 effectuées par l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) suggèrent que les volumes de carbone provenant de la toundra dans le nord-est de l'Alaska se sont accrus de 73% de 1975 à 2015, pendant les mois d'octobre à décembre.

"Nous présentons la première preuve quantitative d'un important phénomène régional d'activité de la végétation au début de l'hiver", écrivent les scientifiques dans une étude parue lundi.

Ceux-ci pensent tenir la preuve que les écosystèmes dans l'Arctique pourraient être devenus une source nette d'émissions de CO2.

Un gel tardif

Ce phénomène s'explique par le réchauffement des températures à l'automne, qui retardent le gel du sol et permettent notamment la poursuite de la photosynthèse plus longtemps. Des processus qui produisent du CO2.

Il y a quarante ans, les sols de ces régions d'Alaska gelaient complètement en l'espace d'un mois à l'approche de l'hiver. Il en faut désormais trois ou plus dans certains endroits.

ats/kg

Publié le 09 mai 2017 - Modifié le 20 août 2017