Modifié le 04 novembre 2017

Bâle-Ville a commercialisé deux vases antiques volés, réclamés par la Grèce

Les vases ont été mis en vente lors de l'exposition d'art Frieze Masters à Londres. Image prétexte datant de l'exposition 2015.
Les vases ont été mis en vente lors de l'exposition d'art Frieze Masters à Londres. Image prétexte datant de l'exposition 2015. [Justin Tallis - AFP]
La Grèce cherche à récupérer deux vases antiques qu'elle assure être volés. Ces objets feraient partie d'une collection de près de 5000 antiquités pillées, saisies dans la demeure d'un marchand d'art italien à Bâle.

Selon le Ministère grec de la culture, les deux vases funéraires en marbre réclamés par la Grèce ont été récemment mis en vente à l'exposition d'art Frieze Masters, qui s'est tenue à Londres du 5 au 8 octobre. Le canton de Bâle-Ville est accusé d'avoir commercialisé ces objets.

Ces pièces proviendraient de la collection d'un trafiquant d'art italien, précise l'archéologue spécialisé dans le trafic d'art volé, Christos Tsirogiannis, cité samedi dans Le Temps.

Pas revendiquées, selon le ministère bâlois

Saisie dans le cadre de l'enquête entamée au début des années 2000 sur le démantèlement d'un trafic d'art entre la Suisse et l'Italie, la collection, que le marchand avait dissimulée dans plusieurs caves à Bâle, a été renvoyée en Italie.

Sauf que la magistrature italienne n'a pas revendiqué ces pièces, fait valoir le commissaire au Ministère public de Bâle-Ville dans le quotidien romand. Leur origine n'avait pas pu être clarifiée.

ats/ta

Publié le 04 novembre 2017 - Modifié le 04 novembre 2017